BFMTV

Grand débat national: Chantal Jouanno n'écarte pas la possibilité de discussions sur le mariage pour tous

Chantal Jouanno, en octobre 2015.

Chantal Jouanno, en octobre 2015. - Bertrand GUAY / AFP

Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public, organisant la discussion censée faire remonter les aspirations des Français, était l'invitée d'Europe 1 ce lundi matin. Après que la volonté d'abroger la loi Taubira, sur le mariage pour tous, est arrivée en tête d'une première consultation, elle a assuré qu'aucun débat n'était exclu a priori.

Chantal Jouanno, qui préside la Commission nationale du débat public encadrant la prochaine consultation, voulue par l'exécutif pour sortir de la crise politique et sociale actuelle, est intervenue sur Europe 1, ce lundi matin.

Elle a précisé: "Nous n'interdisons aucun thème. C'est ensuite au gouvernement de décider ce qu'il en fera". Il s'agissait pour elle de commenter l'arrivée en tête, vendredi dernier, lors d'une première consultation en ligne, d'une proposition réclamant l'abrogation de la loi Taubira, et donc le mariage pour tous.

"Nous n'interdisons aucun thème"

Chantal Jouanno a cependant fait remarquer: "On est toujours réservés quand on ne fait du débat qu'avec un outil", ajoutant qu'Internet "exclut beaucoup de personnes, et le risque est que ça soit préempté par certains groupes". 

C'est sur la plateforme lancée le 15 décembre dernier par le Conseil économique, social et environnemental (Cese), et accessible aux votes jusqu'à vendredi dernier, que le désir de mettre fin à la loi Taubira s'est imposé.

La proposition, déposée aux côtés de 9.000 autres contributions, a récolté près de 6.000 voix sur les 260.000 environ émanant de 31.000 internautes.

De l'utilité d'avoir "un gros fichier de contacts" 

Mais il semble que cette initiative, ouverte à tous et non aux seuls gilets jaunes, ait fait la part belle aux militants numériques les plus déterminés. Ainsi, cette demande d'une annulation de la loi permettant le mariage des couples homosexuels a été lancée par des groupes relevant du mouvement anti-mariage pour tous et non des gilets jaunes.

Frigide Barjot, figure de la "Manif' pour tous", l'a confirmé auprès du site Arrêt sur images dans un article publié dimanche. "Pour réunir des votes dans ce genre de consultation, ce qui compte c'est d'avoir un gros fichier de contacts", a-t-elle notamment expliqué. 

Le Conseil économique, social et environnemental, à l'origine de la consultation, a pris acte de ce type de manœuvres dans un tweet diffusé samedi. 

Un "appel d'air à l'homophobie" pour Mélenchon

Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a vivement réagi aux propos de Chantal Jouanno ce lundi. "Macron interdit qu'on parle de l'ISF ou du bilan des 18 mois mais pendant ce temps Madame Jouanno ne pourrait empêcher un débat sur le mariage pour tous?", s'est-il interrogé.

"Honte à cette provocation! Honte à cet appel d'air à l'homophobie!", a-t-il ajouté, assumant une "hostilité totale" aux propos de la présidente de la Commission nationale du débat public. 
Robin Verner