BFMTV

VIDEO - Valls explique à des collégiens pourquoi Dieudonné est poursuivi

Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem sont allés à la rencontre de lycéens et de collégiens de Seine-et-Marne vendredi.

Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem sont allés à la rencontre de lycéens et de collégiens de Seine-et-Marne vendredi. - Joël Saget - AFP

Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem sont allés à la rencontre de collégiens et de lycéens vendredi matin. La liberté d'expression, le plan Vigipirate, Dieudonné… Ils se sont pliés aux questions des élèves.

Après les discours, la pratique. Au lendemain de l'annonce par la ministre de l'Education de mesures pour "former les futurs citoyens aux valeurs de la République", Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem sont allés à la rencontre vendredi de lycéens et de collégiens de Seine-et-Marne. Lors d'une table ronde au collège Jean Moulin de Pontault-Combault, la conversation a porté notamment sur les récents attentats, la liberté d'expression, le terrorisme, mais aussi Dieudonné. 

Dieudonné s'invite dans la conversation

Une collégienne a ainsi exprimé son incompréhension sur le placement en garde à vue du polémiste pour avoir écrit sur sa page Facebook "je suis Charlie Coulibaly", ne trouvant "pas vraiment juste" qu'il ne puisse s'exprimer.

Le Premier ministre a alors expliqué dans des termes à peine plus simples qu'à son habitude "la différence entre une opinion et une parole raciste, antisémite ou l'apologie d'un crime" et que le polémiste faisait "exprès" de la provocation.

"Dieudonné, ce n'est pas une prise de parole comme une autre (…) C'est un délit. Après la justice dira ce qu'il en est, ce n'est pas à moi de le dire", a-t-il ajouté.

"Votre génération doit s'habituer à vivre avec" le terrorisme

Interrogé sur la durée du maintien du plan Vigipirate par un lycéen, le Premier ministre n'a pas pris de pincettes: "Le dispositif va durer aussi longtemps que nécessaire". "Votre génération doit s'habituer à vivre avec ce danger", le terrorisme, et ce "pendant un certain nombre d'années", leur a-t-il expliqué.

"Un journal télévisé d'actualité pour les enfants?"

Lors des échanges, avec les jeunes, les théories du complot ont également été abordées. Et la ministre de l'Education a enjoint les médias à prendre "une part de responsabilité dans ce qu'ils rapportent", se déclarant "préoccupée" par les rumeurs et théories du complot auxquels les enfants peuvent croire, deux semaines après les attentats en région parisienne.

"Il faut se rendre compte de ce que les enfants retiennent en voyant les médias. L'imaginaire d'un enfant n'est pas suffisamment structuré (...) ça fait un magma d'information", selon Najat Vallaud-Belkacem. Au lendemain de la visite du président François Hollande au journal pour enfants Mon Quotidien, la ministre s'est interrogée: "Est-ce qu'il ne faudrait pas un journal télévisé d'actualité pour les enfants?"

Karine Lambin