BFMTV

Valls à Marseille: la politique de sécurité a "amélioré les quartiers"

Manuel Valls à Marseille lundi 27 janvier

Manuel Valls à Marseille lundi 27 janvier - -

Face aux responsables des forces de sécurité des Bouches-du-Rhône réunis en préfecture pour le bilan annuel sur l'évolution de la délinquance, Manuel Valls a assuré que sa "seule ambition" est de "répondre aux attentes de ses concitoyens".

Dimanche à Hénin-Beaumont, lundi à Marseille. Manuel Valls sillonne la France et impose son thème de prédilection: la sécurité. Le ministre de l'Intérieur s'est ainsi félicité, lundi, de progrès dans la lutte contre l'insécurité à Marseille. Si "rien n'est acquis les chiffres sont là", 20 mois après le lancement des Zones de sécurité prioritaires (ZSP) et l'installation en septembre 2012 d'un préfet de police "de plein exercice".

Face aux responsables des forces de sécurité des Bouches-du-Rhône réunis en préfecture pour le bilan annuel sur l'évolution de la délinquance, Manuel Valls a assuré que sa "seule ambition" est de "répondre aux attentes de ses concitoyens".

Valls vante le bilan "sécurité" du Nord au Sud

Selon le ministre, pour la ZSP Nord, les violences aux personnes étaient en baisse de 17,4% et les atteintes aux biens de 15% tandis que pour la ZSP Sud cette baisse était de 10,4% pour les violences et de 15% pour les atteintes aux biens.

Une politique de sécurité qui a permis, selon lui, "d'améliorer la physionomie des quartiers" notamment en installant "des permanences d'associations" dans des cages d'escaliers auparavant tenues par des trafiquants. "La vie en collectivité doit s'imposer et reprendre ses droits", a lancé Manuel Valls.

Sur l'ensemble de la ville, "les atteintes volontaires à l'intégrité physique ont baissé de 13,3%, les violences crapuleuses reculent de 20,7%, le nombre d'arrachages de collier a été divisé par deux (...) les atteintes aux biens (sont) en repli de 7,4% dont 3,2% pour les cambriolages", a-t-il précisé.

Manuel Valls s'est aussi montré peu après aux côtés de Patrick Mennucci, le candidat socialiste à la mairie de Marseille et de son ex-concurrente Samia Ghali.

S.A. avec AFP