BFMTV

Terrorisme: la date de l'hommage à toutes les victimes divise

Le choix du 19 septembre pour rendre hommage à toutes les victimes du terrorisme ne fait pas l'unanimité. Mais pour Juliette Méadel, la secrétaire d'État chargée de l'Aide aux victimes, cette cérémonie répond à un "fort besoin d'apaisement".

Chaque 19 septembre, un hommage est rendu à toutes les victimes du terrorisme et à leurs familles. La date correspond à l'attentat du DC10 d'UTA, l'avion français qui a explosé en plein vol au-dessus du Niger il y a 27 ans et avait fait 170 morts, dont 54 Français. Un attentat organisé par le pouvoir libyen du colonel Muammar Kadhafi. Mais avec la multiplication des attaques terroristes, le 19 septembre est désormais contesté par certaines victimes.

"La date est une question assez épineuse, remarque pour BFMTV Alexis Lebrun, porte-parole de l'association Life for Paris. On souhaitait une date qui ne soit pas reliée à un événement en particulier, qui soit une date plus universelle. C'est pour cela qu'on avait proposé le 11 mars, qui est la Journée mondiale pour les victimes du terrorisme."

"Ce qui est important c'est se retrouver"

Pour d'autres associations au contraire, le choix de la date n'est pas essentiel. Ce qui compte, c'est que cette cérémonie contribue à la reconstruction des victimes des attentats et de leurs proches.

"Ce qui est important bien évidemment, indique pour BFMTV Stéphane Gicquel, secrétaire général de la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (Fenvac), c'est le message, c'est se retrouver. La date est la même depuis 1998. C'est une invitation, les victimes qui le souhaitent, pour qui ça peut aider dans leur démarche de deuil, viendront."

Un hommage aux Invalides

Cette année, l'hommage se déroulera lundi matin à l'Hôtel national des Invalides et sera présidé par le président de la République qui prononcera un discours. Une minute de silence sera également observée. La cérémonie avait été annoncée début septembre par la secrétaire d'État à l'aide aux victimes.

Juliette Méadel avait alors estimé qu'il "était aujourd'hui absolument nécessaire de rendre cet hommage qui est un hommage global", précisant que "toutes les victimes d'attentats terroristes, toutes les associations de victimes seront naturellement invitées".

"Nous avons été atteints dans notre chair, dans nos valeurs républicaines. La République doit donc rendre cet hommage et manifester ainsi sa solidarité et son soutien", avait-elle déclaré.

"Il faut aussi laisser vivre les commémorations"

La secrétaire d'État chargée de l'Aide aux victimes a réagi ce vendredi matin sur Itélé, balayant les critiques visant la date du 19 septembre. Selon elle, cet hommage répond à un besoin des victimes.

"C'est un hommage organisé par les associations de victimes qui sont en demande d'une prise de parole présidentielle", a déclaré Juliette Méadel. "Il y a un fort besoin d'une parole d'apaisement, d'une reconnaissance de la République, d'une reconnaissance de la nation."

Et selon elle, l'hommage de lundi n'empêchera pas pour autant d'autres cérémonies. "Il y a cette journée du 19 septembre. Mais il y a aussi d'autres moments. Il faut aussi laisser vivre les commémorations et répondre à chaque spécificité." Plus d'un millier de personnes, victimes et proches, devraient assister à la cérémonie aux Invalides, a-t-elle annoncé, durant laquelle le nom de chaque victime sera cité.

C.H.A. avec Johanna Ghiglia, Timothé Leblanc et Laurene Rimondi