BFMTV

Sarkozy attaque Vallaud-Belkacem: un "appel aux bas instincts" juge Sapin

Depuis les propos de Nicolas Sarkozy qui avait comparé la "médiocrité" de Najat Vallaud-Belkacem à celle de Christiane Taubira, les réactions se font de plus en plus virulente contre le président de l'UMP. Dans la lignée de celle de Manuel Valls qui avait défendu sa ministre mardi devant les députés.

Nicolas Sarkozy a-t-il tenu des propos "légèrement xénophobes" contre Najat Vallaud-Belkacem, pour reprendre la formule du patron du PS Jean-Christophe Cambadélis? "Ce n'est pas par hasard si Nicolas Sarkozy a mis dans une même phrase, et dans des termes injurieux, la ministre de la Justice (Christiane Taubira) et la ministre de l'Education nationale (Najat Vallaud-Belkacem)", a estimé Michel Sapin, le ministre des Finances, mercredi matin sur BFMTV et RMC.

"C'est une ministre de la Justice qui a une couleur de peau, et une ministre de l'Education nationale qui porte un nom. Je dis que ce n'est pas par hasard. C'est une sorte d'appel aux plus bas instincts. Et quand on a été président de la République, et quand on souhaite le redevenir, la première des choses est de laisser de côté les bas instincts, et d'essayer de trouver ce qu'il y a de meilleur en chacun d'entre nous. Il y a suffisamment d'arguments à droite pour faire appel à l'intelligence et non pas à la bassesse des Français", a-t-il poursuivi.

Des "propos gravissimes" pour Guillaume Peltier

"Je suis extrêmement choqué par les propos minables de M. Sapin", s'est emporté l'UMP Guillaume Peltier sur RMC, un peu plus tard dans la matinée. "En quoi les propos de Nicolas Sarkozy parlent de la couleur de peau ou des origines? C'est une vision racialiste et communautariste".

"Ce que dit M. Sapin est gravissime. Il y en a marre de (ces responsables) du Parti socialiste qui, pour masquer la faiblesse de leur politique et leur propre incompétence, nous interdisent, au nom d'une prétendue lutte contre la xénophobie, de dénoncer le démantèlement judiciaire porté par Mme Taubira ou la démolition de l'école de la République portée par Mme Vallaud-Belkacem", a-t-il poursuivi.

La réponse de Vallaud-Belkacem à Sarkozy

Lundi soir, lors d'un meeting UMP aux Pavillons-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, Nicolas Sarkozy avait notamment lancé: "Dans le combat effréné pour la médiocrité, Christiane Taubira (ministre de la Justice) est en passe d'être dépassée par Najat Vallaud-Belkacem", en écho à la réforme du collège.

Ce à quoi la dernière citée avait répondu: "Tout le monde peut avoir un avis sur tout. Mais quand on s'est acharné à saccager l'école (...) On n'a aucune leçon à donner".

Lors des questions au gouvernement, mardi à l'Assemblée nationale, Manuel Valls s'en était pris aux "attaques personnelles" et aux "mots insupportables" tenus par Nicolas Sarkozy à l'encontre de Najat Vallaud-Belkacem. Le Premier minsitre, qui répondait à une question du député UMP Bruno Le Maire, a promis que son gouvernement irait "jusqu'au bout" et "ne reculerait pas" sur la réforme des collèges, qui tourne à l'affrontement politique droite-gauche.

S.A.