BFMTV

Reportage sur le Crédit mutuel: Pellerin s'est entretenue avec Bolloré

Fleur Pellerin se veut garante du pluralisme des idées et de l'indépendance des rédactions

Fleur Pellerin se veut garante du pluralisme des idées et de l'indépendance des rédactions - Stéphane de Sakutin - AFP

La ministre de la Culture, Fleur Pellerin a affirmé lundi être "garante" du pluralisme des idées et de l'indépendance des rédactions en réagissant à la déprogrammation de deux reportages sur Canal+, chaîne dirigée par l'industriel Vincent Bolloré.

"Il y a un principe dans l'audiovisuel, et j'en suis la garante, qui est le respect du pluralisme des idées et de l'indépendance des rédactions", a affirmé Fleur Pellerin sur France Inter. "Je crois que le message a été entendu par Vincent Bolloré que j'ai eu au téléphone avant qu'il soit auditionné par le CSA. Il s'est engagé à prendre un certains nombre de mesures aussi bien sur iTELE ou sur Canal+ pour assurer l'indépendance des rédactions", a déclaré la ministre.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a auditionné jeudi Vincent Bolloré, le nouveau patron de Vivendi et de Canal+, l'interrogeant notamment sur son respect de l'indépendance de l'information, après les accusations d'un collectif de journalistes et de la Société civile des auteurs multimédia (Scam) d'avoir fait censurer des reportages gênants. Le dirigeant a accepté de créer un comité d'éthique pour garantir l'indépendance éditoriale de ses chaînes, ses détracteurs réclamant des règles plus contraignantes.

"Aucune enquête pour l'instant n'a révélé s'il y avait eu une intervention directe. S'il s'avérait qu'il y a des interventions directes d'annonceurs, de l'actionnaire sur une chaîne pour déprogrammer des programmes qui dérangent, j'en serais extrêmement contrariée et il faudrait sans doute que j'évoque ce sujet avec le CSA", a ajouté Fleur Pellerin.

De nombreux médias critiquent les bouleversements récents à Canal+, dont le remplacement des auteurs des Guignols ou la déprogrammation de reportages, dont l'un sur le Crédit mutuel, banque partenaire de Vivendi (reprogrammé le 7 octobre sur France 3), l'autre sur le duel Hollande-Sarkozy.

la rédaction avec AFP