BFMTV

Pour Schiappa, "on n'est pas prêts" à instaurer le vote par correspondance pour l'instant en France

Invitée de BFMTV et RMC ce lundi matin, la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté s'est dit "philosophiquement pour" la mise en place du vote par voie postale, ou numérique, à l'avenir. Non sans faire part d'importantes réserves.

Accomplir son devoir citoyen, sans avoir besoin de se déplacer dans les urnes. Tel est le principe du vote par correspondance, qui a eu une importance capitale lors de la dernière présidentielle américaine, en pleine pandémie de Covid-19. Une façon de voter qui n'existe pas en France, mais qui trouve quelques partisans, comme le président du MoDem François Bayrou. A contrario, Gérald Darmanin s'est dit la semaine dernière "opposé" à cette possibilité, à quelques mois de prochaines élections régionnales. Invitée de BFMTV et RMC ce lundi matin, Marlène Schiappa avance prudemment sur cette question:

"Moi je suis favorable à tout ce qui peut permettre de renforcer la participation" déclare la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté. "On a vu que dans les dernières élections, particulièrement les élections municipales, il y a eu une abstention terrible [55% et 58% lors des premier et second tours, marqués par la pandémie de Covid-19, NDLR] ce qui fait d'ailleurs que certains contestent la légitimite de ceux qui ont été élus."

A vrai dire, il a un temps été autorisé de voter par correspondance en France, mais il a été interdit en 1975, à la suite de problèmes de fraudes. Près de 50 ans plus tard, avec tous les progrès technologiques réalisés depuis, voter par voie postale ou numérique est-il donc envisageable? En soulignant que son ministère dépend de celui de l'Intérieur, chargé d'organiser les élections en France, notre invitée affirme qu'elle a déjà posé la question à ses services pour savoir comment s'organiser face à l'éventualité d'une telle nouveauté.

"Pour l'instant, on n'est pas prêts", juge Marlène Schiappa, "je ne dis pas qu'on n'est pas capables, mais on n'est pas prêts".

"Le secret du vote, c'est l'un des fondements de la démocratie"

Si elle se dit "philosophiquement pour" le vote par correspondance, la ministre fait part d'importantes réserves à ses yeux. "On s'est beaucoup battus depuis des générations pour que les femmes puissent obtenir le droit de vote, et ça a été fait en France et dans d'autres pays avant" rappelle-t-elle.

"Moi je m'interroge sur les pressions qui pourraient subvenir dans le cadre d'un vote par correspondance, y compris les pressions communautaires, qui fait que vous n'êtes plus tout seul face au vote dans l'isoloir." "Le secret du vote, c'est l'un des fondements de la démocratie" insiste l'élue sur notre plateau.

Ainsi Marlène Schiappa souhaite "garantir techniquement la confidentialité et le secret du vote, que chacun ait le choix de voter pour qui il veut et pas comme sa femme ou son mari ou ses parents etc." D'où sa grande réserve. "Mais si on n’est pas capable de le faire, je crois qu'il faut encore travailler sur cette question", conclut la ministre.

https://twitter.com/jmaccaud Jérémy Maccaud Chef d'édition BFMTV