BFMTV

"Pigeons" : Moscovici rectifie le tir

Pierre Moscovici

Pierre Moscovici - -

Après la mobilisation des "pigeons", le gouvernement recule. Le Medef attend de voir avant de crier victoire.

Pierre Moscovici a reculé. Un peu. Après la mobilisation des "pigeons", le ministre de l'Economie et des Finances a annoncé jeudi des modifications dans la taxation des plus-values de cession d'entreprises dans le cas des personnes ayant créé leur société.

"Ce que nous voulons taxer ce n'est pas le risque, c'est la rente", a-t-il déclaré, précisant qu'il était en revanche "hors de question" de remettre en cause le principe de l'alignement de la fiscalité du revenu du capital sur celui du travail prévu dans le projet de budget pour 2013 présenté fin septembre.


Le Medef attend de voir

?Une décision qui n’a pas suffi à amadouer le Medef. "J'ai besoin de voir exactement le nouveau texte pour pouvoir dire que l'incident est clos, quoique parler d'un 'incident' est certainement utiliser un mot trop faible tellement ce qui avait été prévu est extraordinairement choquant et dangereux", a déclaré sur RTL, la patronne de l’organisation patronale Laurence Parisot.

Une promesse de campagne de François Hollande

Pierre Moscovici a répété que le gouvernement ne reviendra pas sur la promesse électorale du président François Hollande d'aligner la fiscalité des revenus du capital et du travail. "Il est hors de question de remettre en cause le principe de justice, selon lequel le revenu du travail et (le revenu) du capital soient traités à égalité", a-t-il assuré.

Nombre d'entrepreneurs, notamment des dirigeants de start-up, protestent depuis plusieurs jours contre la modification de l'imposition de ces plus-values, découlant de l'alignement de la taxation des revenus du capital sur ceux du travail. Constitués en collectif sous le hashtag (mot-clé sur les réseaux sociaux) "GeonPi" (pigeon en verlan), ils se sont mobilisés sur les réseaux sociaux depuis la présentation du budget vendredi.

Bfmtv avec afp