BFMTV

Pannier-Runacher défend la Légion d'honneur du patron de BlackRock: "Il rend service à notre pays"

La promotion au grade d'officier de la Légion d'honneur du patron de BlackRock France a suscité les critiques des syndicats et l'indignation de plusieurs opposants politiques au gouvernement. Invitée de BFMTV et RMC, la secrétaire d'État en charge de l'industrie a défendu cette décoration.

"C'est une pure coïncidence", selon Agnès Pannier-Runacher, que Jean-François Cirelli se soit trouvé parmi les promotions du Nouvel an de l'ordre de la Légion d'honneur. Invitée de BFMTV et RMC ce jeudi, la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances a répondu à la polémique autour de la distinction reçue par le patron de BlackRock France et ce, en plein conflit autour de la réforme des retraites.

Réagissant aux critiques émises à la fois par l'opposition et par les syndicats, Agnès Pannier-Runacher a jugé "pas correct" que Jean-François Cirelli fasse l'objet d'un tel discrédit.

"Ça fait 40 ans qu'il travaille pour le public, il a été l'un des collaborateurs les plus proches de M. Raffarin. (...) C'est quelqu'un qui a travaillé au FMI, qui a travaillé au ministère de l'Économie et des Finances, qui a été collaborateur du Premier ministre, qui a été dirigeant d'une grande entreprise qui s'appelle GDF-Suez et qui, aujourd'hui, sert la cause de la France, justement, en disant que la France est un pays où il fait bon investir."

La France, destination d'investissements étrangers

Agnès Pannier-Runacher a par ailleurs argué du fait que, selon les chiffres de Bercy, la France était depuis deux ans la "première destination pour les investissements étrangers" dans l'industrie et dans les centres de recherche et développement. "Pourquoi croyez-vous qu'on recrée de l'emploi industriel en France", a poursuivi la secrétaire d'État dans son plaidoyer, avant de conclure:

"À ce titre, le monsieur qui représente en France BlackRock et qui parle en termes positifs de la France, comme un endroit où on peut investir, où on peut créer des activités, a une valeur pour notre pays. Il rend service à notre pays."
Jules Pecnard