BFMTV

ONG "complices" des passeurs: Christophe Castaner répond aux critiques

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. (Photo d'illustration)

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. (Photo d'illustration) - Philippe Lopez - AFP

Dans une vidéo sur Twitter, le ministre de l'Intérieur a cependant réaffirmé qu'il y a eu "des interactions de fait entre des passeurs et certaines ONG".

Sous le feu des critiques depuis ses déclarations la semaine dernière, le ministre de l'Intérieur s'est défendu mardi de toute "ambiguïté" après avoir créé la polémique en accusant des associations d'aide aux migrants en mer d'avoir été "complices" des passeurs.

Vendredi, tout en assurant que les ONG "jouent un rôle essentiel pour apporter de l'aide aux migrants" en Méditerranée, Christophe Castaner avait estimé qu'elles "ont pu se faire complices" des passeurs et les avait appelées à "avoir une attitude responsable". 

"Mon propos sur le rôle des ONG ne souffre d'aucune ambiguïté (...). Je n'ai jamais remis en doute la sincérité des ONG", a répondu Christophe Castaner dans une vidéo postée sur Twitter, tout en assurant que ses déclarations reposaient sur des "faits".
"Il est documenté qu'il y a eu dans certains cas des interactions de fait entre des passeurs et certaines ONG", a-t-il affirmé, citant "deux rapports de Frontex en novembre et en décembre 2016".

Une influence des opérations de secours

En réalité, l'analyse annuelle des risques, publiée en 2017 par l'agence Frontex, se montre plus nuancé. Elle fait apparaître que "toutes les parties impliquées dans des opérations de sauvetage en Méditerranée centrale aident involontairement les criminels à atteindre leurs objectifs à un coût minimal et renforcent leur modèle économique en augmentant leurs chances de réussite". 

Le rapport note cependant que le nombre d'opérations menées par les ONG au cours de l'année 2016 a considérablement augmenté pour atteindre près de 40% des sauvetages. "Les migrants et les réfugiés – encouragés par les récits de ceux qui ont réussi à passer – tentent cette périlleuse traversée car ils connaissent et compte sur l'aide humanitaire pour atteindre l'Union européenne", affirme ce rapport. 

Christophe Castaner dénonce les réactions de l'opposition

"Nos ennemis, nos vrais ennemis, nos seuls ennemis, ce sont les passeurs. Les passeurs et personne d'autre", a également répondu Christophe Castaner, qui a par ailleurs dénoncé les réactions d'indignation venues des oppositions

"Tout ce que j'ai pu entendre, ce n'est rien, rien que de l'indignation factice, rien que de l'exploitation électorale, rien que de la petite politique. Nous parlons de combattre des trafiquants d'êtres humains, nous parlons de vies d'hommes et de femmes. Ils méritent bien mieux que des postures", a affirmé le ministre, dénonçant des "mensonges et des contre-vérités".

Le ministre de l'Intérieur s'est notamment attaqué à l'extrême droite, qui n'avait pas manqué de saluer ses propos. Le groupuscule Génération identitaire l'avait notamment nommé "adhérent d'honneur".

"Mon combat contre l’extrême droite est le cœur de mon engagement politique. Le cœur de mon engagement pour l’Europe. Le cœur de mon engagement pour la France, a argué Christophe Castaner, en terminant: “je ne laisserai personne prétendre le contraire”.
Benjamin Rieth