BFMTV

Manuel Valls sur le chômage: "De mauvais chiffres, mais il y a des progrès"

BFMTV

Manuel Valls est revenu ce jeudi sur les mauvais chiffres du chômage. Invité de France 2, il a tenu à assurer que "nous allons réussir" avec plus de réformes.

Manuel Valls a reconnu "de mauvais chiffres" après la hausse du chômage à un niveau record en août, tout en affichant sa conviction que le gouvernement va "réussir" à faire baisser le nombre de demandeurs d'emploi grâce à davantage de réformes. "Ce sont des mauvais chiffres, bien sûr", a déclaré le Premier ministre, devant la quasi-totalité de son gouvernement présent sur le plateau de l'émission "Des paroles et des actes".

"C'est pour ça que nous réformons, parce que la croissance n'est pas suffisamment forte. Il y a des progrès, il y a des changements, nous créons de l'emploi, c'est nouveau: 34.000 emplois (créés) depuis un an", a-t-il souligné, mais en-dessous des 130.000 personnes qui entrent sur le marché du travail.

"Nous allons réussir"

"Le climat des affaires s'améliore, les marges des entreprises se reconstituent, la confiance des ménages est au rendez-vous, nos exportations sont à la hausse. Et puis le CICE et le pacte de responsabilité marchent à plein régime", a-t-il fait valoir. "Mais ce n'est pas suffisant, c'est pour cela qu'il faut davantage se mobiliser, davantage réformer, se demander pourquoi il y a 300.000 emplois qui ne sont pas pourvus", a-t-il poursuivi.

"Mais, moi, j'ai une conviction, c'est que nous allons réussir parce que nous avons posé le bon diagnostic: le manque de compétitivité dont notre pays et nos entreprises souffrent depuis dix ans", a-t-il déclaré.

Pour le baptême du feu de la nouvelle ministre du Travail Myriam El Khomri, le chômage a atteint un nouveau record en août, avec 3,57 millions de demandeurs d'emploi en métropole. Après une pause en juillet, 20.000 chômeurs supplémentaires (+0,6%) ont été enregistrés le mois dernier, la plus forte hausse depuis avril. Sur un an, le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a augmenté de 4,4% en France.

la rédaction avec AFP