BFMTV

Le Drian: "si les otages avaient été tués, les ravisseurs l'auraient fait savoir"

"Nous utiliserons tous les moyens pour les libérer", a indiqué Jean-Yves Le Drian au sujet des otages français au Sahel, ce mardi.

"Nous utiliserons tous les moyens pour les libérer", a indiqué Jean-Yves Le Drian au sujet des otages français au Sahel, ce mardi. - -

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a indiqué avoir "des informations" sur la localisation des otages français retenus au Sahel, sur BFMTV et RMC, ce mardi.

"Tout nous laisse à penser que les otages français sont vivants", a déclaré Jean-Yves Le Drian, sur BFMTV et RMC, ce mardi matin.

Le ministre de la Défense a indiqué avoir "des informations" sur l'endroit où se trouvent les otages français retenus au Sahel. "Mais je n'en dirai pas plus", a-t-il martelé, "pour la sécurité des otages, la discrétion de nos actions et la sécurité de nos propres forces".
Et de préciser à Jean-Jacques Bourdin: "Votre émission est très écoutée, mais elle est aussi écoutée par les ravisseurs".

Quant à la question de savoir si les otages sont toujours en vie, le ministre a répondu: "si les otages avaient été tués, les ravisseurs l'auraient fait savoir". "Tout nous laisse à penser qu'ils sont vivants", a-t-il répété.

"Je comprends l'angoisse des familles mais nous ne pouvons pas en dire plus". "Nous utiliserons tous les moyens pour les libérer", a toutefois précisé Jean-Yves Le Drian.

Une quinzaine de terroristes tués dans la nuit

"Il y a eu des combats très durs cette nuit", a indiqué le ministre, au sujet de l'intervention des forces françaises au Nord-Mali, précisant que "plusieurs terroristes ont été neutralisés, une quinzaine tués", dans la vallée d'Ametetai, par les forces françaises, connectées aux forces tchadiennes.

Jean-Yves Le Drian a indiqué que cette opération nocturne n'a pas entraîné de pertes du côté français.

Pas de confirmation des morts d'Abou Zeïd et Belmokhtar

Enfin, le ministre de la Défense a, une nouvelle fois, refusé de confirmer les morts des chefs islamistes Abou Zeïd et Mokhtar Belmokhtar, annoncées par le président tchadien, Idriss Deby.

"Je ne donne les informations que lorsqu'elles sont sûres. Tant que nous n'avons pas les preuves, et pour l'un, et pour l'autre, nous considérons que nous n'avons pas les éléments pour dire qu'Abou Zeïd et Belmokhtar sont morts", a-t-il commenté.

Concernant la photo présentée comme celle du cadavre de Mokhtar Belmokhtar, diffusée par RFI sur son site Internet, lundi soir, Jean-Yves Le Drian a estimé: "Je ne suis pas certain que ce soit lui".

Adrienne Sigel