BFMTV

Jean-Marc Ayrault sur BFMTV : "36 entreprises menacées par des plans sociaux"

BFMTV

Invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi, Jean-Marc Ayrault a assuré : "environ trente-six" entreprises sont "en danger" car particulièrement menacées par les plans sociaux.

Le Premier ministre, interrogé sur les menaces de plans sociaux à l'heure actuelle, a déclaré "Nous avons établi (...) la liste des entreprises les plus en danger. C'est environ 36 entreprises aujourd'hui, de tailles différentes, (dans) des situations différentes".

Face à cette situation, un "outil", une "cellule" a été mise en place au ministère du redressement productif d'Arnaud Montebourg, en liaison avec celui de l'Economie de Pierre Moscovici, "pour suivre chaque situation". "Parce que les situations ne sont pas les mêmes", a indiqué le Premier ministre.

"Dans chaque territoire, chaque préfet va désigner une personne, très compétente (...) qui sera chargée sur le terrain d'aider à trouver des solutions, en mettant autour de la table, pas seulement l'administration, mais aussi les collectivités territoriales, principalement les régions", ainsi que les représentants des banques, des entreprises, des chambres de commerce et les salariés, a-t-il expliqué.

"Il ne s'agit pas de tout faire remonter à Paris", a conclu Jean-Marc Ayrault en rappelant son expérience de député-maire de Nantes.

La CGT a remis cette semaine à Jean-Marc Ayrault une liste destinée au ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, de 46 entreprises en redressement ou en liquidation, soit près de 45.000 emplois menacés en France, selon elle. Le ministre du Travail Michel Sapin a jugé ce dernier chiffre "réaliste".

Doux : "on fait tout pour qu'il n'y ait pas de dépôt de bilan"

Concernant le groupe Doux, leader européen de la volaille en proie à de graves difficultés financières, Jean-Marc Ayrault a assuré que les banques étaient "mobilisées" pour éviter un dépôt de bilan.

Le groupe familial Doux, emploie 3.400 personnes en France, essentiellement en Bretagne, et sa dette globale se monte à quelque 437 millions d'euros, selon la CGT.

L'entreprise "a un problème de financement, le gouvernement est à l'action pour mobiliser les banques pour éviter le dépôt de bilan", a indiqué Ayrault.

Concernant l'intervention des banques, Jean-Marc Ayrault a précisé que "c'est commencé". "On ne veut renoncer à rien, on fait tout pour qu'il n'y ait pas de dépôt de bilan", a-t-il ajouté.