BFMTV
Gouvernement

"Il y a des gens qui déconnent, mais ce n'est pas la majorité", estime Didier Guillaume

Didier Guillaume sur BFMTV et RMC, le 16 janvier.

Didier Guillaume sur BFMTV et RMC, le 16 janvier. - BFMTV

Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation était l'invité de BFMTV et RMC ce mercredi matin.

"Les gens ont besoin de dire des choses, donc il faut les écouter". Invité ce mercredi matin de Bourdin Direct sur BFMTV et RMC, Didier Guillaume est revenu sur les 6h30 de débat entre Emmanuel Macron et 600 maires normands, mardi, jour de lancement du grand débat national. 

"Je suis sûr que ce débat sera un vrai succès. (...) La réalité, c'est que nous avons été dépassés par ce mouvement", a ajouté Didier Guillaume. "Il faudra que des mesures soient prises. Le Président applique son programme mais va écouter le peuple et le faire évoluer", a-t-il par ailleurs assuré. Avant de tempérer: "Il faut que les Français comprennent qu'on ne va pas revenir sur les fondamentaux, mais sur l'économique, le fiscal, le social".

"Les classes moyennes devraient payer moins d'impôts" 

Sur l'épineux dossier de la justice fiscale, Didier Guillaume a pour sa part estimé que les classes moyennes "devraient payer moins d'impôts". "Les classes moyennes ont été pendant plusieurs années les vaches à lait de la République", a fait valoir l'ancien sénateur socialiste. 

Quant à la petite phrase polémique d'Emmanuel Macron sur les "personnes en difficulté qui déconnent", Didier Guillaume a tenté de la minorer.

"Oui il y a des gens qui déconnent, oui, mais ce n'est pas la majorité", a-t-il déclaré. Et d'ajouter: "On sait bien qu'il y en a d'autres qui déconnent: les gens très riches, qui font de l'évasion fiscale".
Adrienne Sigel