BFMTV

Gouvernement: Valérie Fourneyron confie avoir beaucoup "souffert"

La ministre Valérie Fourneyron à l'Assemblée, en mai dernier.

La ministre Valérie Fourneyron à l'Assemblée, en mai dernier. - -

La secrétaire d'Etat au Commerce et à l'Artisanat, anciennement ministre des Sports, a présenté sa démission mardi au président de la République, à cause de ses problèmes de santé. Elle s'en explique.

Maux de tête sévères, insomnies, et un traitement contraignant pour syndrome méningé sans garantie de rétablissement à court terme ont eu raison de la volonté de la secrétaire d'Etat Valérie Fourneyron de rester à son poste, selon sa déclaration écrite adressée à l'AFP.

"Depuis ma première hospitalisation pour un syndrome méningé le 11 avril dernier, je poursuis un traitement contraignant", explique Valérie Fourneyron, qui a été ministre des Sports de 2012 à 2014 avant de devenir en avril dernier secrétaire d'Etat chargée du Commerce, de l'Artisanat, de la Consommation et de l'Economie sociale et solidaire.

"J'ai voulu néanmoins assumer les fonctions ministérielles qui m'ont été confiées par le président de la République et le Premier ministre, notamment l'examen du projet de loi sur l'Economie sociale et solidaire devant l'Assemblée nationale", ajoute-t-elle.

Elle voulait pouvoir "assumer ses responsabilités à 100%"

"Une nouvelle hospitalisation le 15 mai m'a conduite à réaliser que mon état de santé ne me permettait pas de faire face pleinement et totalement à la charge de travail quotidienne imposée à tout ministre. J'ai souffert - et je continue de souffrir - de maux de têtes sévères et d'insomnies", précise la ministre, âgée de 54 ans.

"Ne pas pouvoir assumer mes responsabilités ministérielles à 100% n'est pas conforme à l'idée que je me fais des exigences républicaines", souligne-t-elle, indiquant être "sans certitude médicale d'un complet rétablissement à court terme".

Valérie Fourneyron est remplacée à son poste par Carole Delga, 42 ans, députée PS de Haute-Garonne. La passation de pouvoir aura lieu à huis clos d'ici mercredi.

A. G. avec AFP