BFMTV

Démission de Wauquiez: Rugy s'interroge sur l'orientation des Républicains

Le ministre de la Transition écologique et solidaire était ce lundi matin l'invité de Laurent Neumann sur BFMTV et RMC.

C'est un nouveau séisme qui secoue la droite française. Si elle pouvait sembler inexorable au lendemain de l'échec cuisant subi par Les Républicains aux Européennes, la démission de Laurent Wauquiez va de nouveau bousculer un paysage politique français en pleine métamorphose depuis 2017 et l'élection d'Emmanuel Macron. Et si tous les opposants se refusent à commenter les soucis internes aux LR, tous ont quand même un avis sur quelle direction devrait emprunter le parti Vaugirard pour se reconstruire. C'est le cas de François de Rugy, invité ce lundi matin de BFMTV et RMC.

"Ce qui me frappe, c'est que ce n'est pas une question de personne, dans le fond, ce n'est pas la question de la personne de Laurent Wauquiez" analyse tout d'abord le ministre de la Transition écologique et solidaire. Pour lui, il s'agit surtout de déterminer "quelle est aujourd'hui l'orientation politique de ce parti Les Républicains?".

LaREM peut-elle travailler avec Les Républicains?

"Est-ce que c'est encore un parti de gouvernement?", se demande notre invité avant de faire l'inventaire de ses écueils face au parti de droite:

"On l'a vu osciller entre des propositions très démagogiques, et être dans une critique systématique de ce que fait le gouvernement", déplore-t-il.

Comme tant d'autres depuis l'annonce choc de Laurent Wauquiez, la figure de la majorité s'interroge sur l'avenir des élus des Républicains au sein de l'hémicycle. Une façon discrète de leur tendre la main, comme l'a également fait, de manière plus explicite, Marine Le Pen dès dimanche soir. "Est-ce que les élus des Républicains veulent travailler avec d'autres, et si oui avec qui? Veulent-ils travailler avec la majorité actuelle, tout en restant indépendants, ou veulent-ils travailler avec le Rassemblement national?"

Le clivage gauche-droite "définitivement éclaté"

D'aucuns estiment que si Les Républicains ont tant perdu en influence aujourd'hui, c'est tout d'abord la faute du gouvernement, considéré à plusieurs égards comme étant bien plus de droite que de gauche. Une éternelle remarque que ne veut plus entendre François de Rugy:

"Je crois que ce qui est très frappant dans le résultat des élections européennes, c'est que le clivage gauche-droite a encore plus éclaté qu'il n'avait éclaté lors de l'élection présidentielle ou des élections législatives de 2017", analyse-t-il.

Avant de conclure: "Deux ans plus tard, alors qu'on nous avait dit que c'était sans doute une parenthèse, une anomalie, un accident électoral, on voit que durablement les Français ont encore plus fait éclater le clivage gauche-droite traditionnel."

Jérémy Maccaud