BFMTV

Collège: ce que prévoit la réforme de Najat Vallaud-Belkacem

La ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem

La ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem - ETIENNE LAURENT - AFP

A partir de la rentrée 2016, chaque collège définira 20% de son emploi du temps, réservé à du travail en petits groupes, de l'accompagnement personnalisé des élèves et des enseignements pratiques interdisciplinaires alors que l'apprentissage d'une seconde langue vivante se fera dès la 5e.

Le collège "fonctionne globalement bien pour un tiers des élèves, juge Eric Charbonnier, spécialiste de l'éducation à l'OCDE, mais environ 20% sont complètement en échec et le reste avance tant bien que mal, avec parfois du redoublement." Pour tenter de résoudre le problème, la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem présente ce mercredi son projet de réforme du collège, applicable à la rentrée 2016.

BFMTV.com a listé les principaux points de ce texte. Néanmoins, les détails de la réforme, notamment la grille horaire, seront arrêtés à l'issue du Conseil supérieur de l'éducation (CSE) du 10 avril après un mois de discussions avec les syndicats. 

> Une deuxième langue dès la 5e

L'apprentissage de la deuxième langue vivante sera avancé en 5e, au moment où la première langue vivante sera généralisée en CP. Les sections européennes du collège et les classes bilangues (deux langues vivantes dès la 6e) disparaîtront, sauf cas particuliers, comme les élèves en zone frontalière qui auraient entamé une langue autre que l'anglais en primaire et la continueraient, tout en commençant l'anglais.

> Chaque collège définira 20% de l'emploi du temps

Le travail en petits groupes, l'accompagnement personnalisé et les enseignements pratiques interdisciplinaires représenteront 20% du temps (quatre à cinq heures par semaine), fixés par le chef d'établissement et les enseignants en fonction des besoins des élèves.

L'accompagnement personnalisé, actuellement limité aux 6e, s'adressera à tous: maîtrise des fondamentaux, approfondissement des apprentissages, méthodes de travail...Il totalisera trois heures par semaine en 6e, au moins une heure dans les autres classes.

Enfin, les enseignements pratiques interdisciplinaires, créés à partir de la 5e, doivent "donner du sens" aux apprentissages, "contextualiser" les connaissances, favoriser le travail en groupe et seront inscrits dans les programmes scolaires et évalués au brevet. Il existe huit thèmes: "développement durable", "sciences et société", "corps, santé et sécurité", "information, communication, citoyenneté", "culture et création artistiques", "monde économique et professionnel", "langues et cultures de l'Antiquité", "langues et cultures régionales et étrangères".

> Faire du collège un lieu d'épanouissement

Les collégiens auront une pause d'au moins 1h30 à la mi-journée, une vieille revendication des parents. Des "moments forts" seront "systématisés": journée de la laïcité, commémorations, remise de diplômes, spectacle de fin d'année... Les conseils de vie collégienne seront généralisés. Pour les parents, un "livret scolaire unique numérique" sera créé.

> Vers un nouveau programme

La réforme du collège s'appliquera en même temps que le nouveau socle commun, qui définit ce que tout élève doit avoir acquis à la fin de la scolarité obligatoire (seize ans), et les nouveaux programmes scolaires. Selon le ministère, les programmes ne seront "ni allégés, ni alourdis", mais "plus progressifs et plus cohérents".

En français, ils seront axés sur la maîtrise de la langue à l'écrit et à l'oral et intégreront "des éléments culturels et linguistiques des langues anciennes". En mathématiques, l'élève pratiquera "très régulièrement" le calcul mental et écrit et connaîtra les principes de base du codage informatique comme les langages simples de programmation.

> Le numérique

Les collégiens auront à disposition des tablettes et des ressources en ligne (manuels, exerciseurs, jeux sérieux). Le numérique permettra "un apprentissage individualisé, au rythme de chacun", juge le ministère de l'Education nationale. 

S.A. avec AFP