BFMTV

Blessée de Nice: Mahjoubi entend "de la compassion" dans la phrase de Macron

Mounir Mahjoubi sur BFMTV et RMC le 25 mars.

Mounir Mahjoubi sur BFMTV et RMC le 25 mars. - BFMTV

Le secrétaire d'Etat chargé du Numérique était l'invité de BFMTV et RMC ce lundi matin.

Invité ce lundi matin de Bourdin Direct, sur BFMTV et RMC, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique Mounir Mahjoubi est revenu sur le dernier week-end de mobilisation des gilets jaunes, marqué notamment par la chute d'une femme de 73 ans à Nice samedi, lors d'une charge de la police contre des manifestants qui avaient bravé l'interdiction de manifester dans le centre-ville. 

"Je regrette les violences"

Gravement blessée, la septuagénaire souffre de plusieurs fractures, notamment au niveau du crâne. Sa famille a fait savoir son intention de porter plainte pour violences volontaires en réunion avec arme par personnes dépositaires de l'autorité publique et sur personne vulnérable, tandis que le parquet de Nice a ouvert une enquête.

Dans un entretien au journal Nice-Matin publié ce lundi, le président de la République a souhaité à cette militante "qu'elle se rétablisse au plus vite et sorte rapidement de l'hôpital, et je souhaite la quiétude à sa famille. "Mais pour avoir la quiétude, il faut avoir un comportement responsable", a déclaré le président de la République. "Je lui souhaite un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse", a-t-il ajouté.

Interrogé sur cette phrase du chef de l'Etat, Mounir Mahjoubi a répondu: "Je n'ai pas envie de commenter ce qu'à dit le président de la République car je n'ai pas le contexte".

"Cette femme est une militante. (...) Moi je pense à elle et sa famille. (...) Je regrette les violences", a fait valoir le secrétaire d'Etat. Avant d'ajouter: "Ce que j'entends dans la phrase du président, c'est de la compassion pour cette dame". 

"Je suis pleinement ministre"

Interrogé ensuite sur sa candidature à la mairie de Paris, annoncée au début du mois, Mounir Mahjoubi a souligné que "la priorité absolue de tous, c'est le grand débat, et ensuite les européennes". "Je suis candidat à la candidature au mois de juin, c'est ça le contexte", a-t-il tenu à préciser. 

"On a tous un métier avant d'être candidat à la candidature. (...) Je suis pleinement ministre", a encore martelé Mounir Mahjoubi. Et de préciser: "C'est une annonce future". 

Adrienne Sigel