BFMTV

Ayrault: "les affaires de la droite, je ne les invente pas"

Ecoutes: "toutes les règles on été scrupuleusement respectées", selon Jean-Marc Ayrault

Ecoutes: "toutes les règles on été scrupuleusement respectées", selon Jean-Marc Ayrault - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le Premier ministre affirme que "toutes les règles ont été scrupuleusement respectées", concernant l'affaire des écoutes judiciaires des conversations téléphoniques de l'ancien président Nicolas Sarkozy

Non, il n'y a pas de problème. Jean-Marc Ayrault est encore revenu, ce vendredi dans Les Echos, sur l'affaire des écoutes judiciaires de Nicolas Sarkozy dans laquelle lui et son gouvernement se sont empêtrés.

"Nous sommes dans un Etat de droit, des informations judiciaires sont en cours. Toutes les règles ont été scrupuleusement respectées. C'est ce qui compte. Aucune instruction individuelle n'a été donnée par l'exécutif, donc par la garde des Sceaux", a assuré le Premier ministre. Selon lui, "il n'y a pas de raison de jeter le soupçon sur l'institution judiciaire, ni d'inventer quelque procès politique que ce soit".

Taubira reste ministre de la Justice?

Et donc aucune raison, selon lui, que Christiane Taubira quitte son poste. En dépit des contradictions dans ses propos? insiste Les Echos. "Tout cela a été clarifié, précisé. Elle l'a dit elle-même", rappelle le Premier ministre. Et de souligner: "les affaires qui concernent la droite, je ne les invente pas".

Après Christiane Taubira, le quotidien économique s'intéresse aux déclarations du Premier ministre. "J'ai toujours dit la même chose, à savoir que je n'ai pas été mis au courant de l'existence des écoutes au moment où elles ont eu lieu, mais que, en revanche, j'ai été informé par la garde des Sceaux de l'ouverture d'une nouvelle information judiciaire à la suite du courrier que lui a adressé le procureur général", a répété le chef du gouvernement. Pourtant, vendredi dernier, devant les caméras de BFMTV, Jean-Marc Ayrault avait assuré ne pas être au courant de cette affaire.

H.F. avec AFP