BFMTV

Attentats: le dispositif Sentinelle sera maintenu "tant que nécessaire", annonce Le Drian

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. - RTL

Instauré, puis renforcé, à la suite des attentats qui ont secoué la France en 2015, l'opération Sentinelle comprendre actuellement 10.000 militaires. Un chiffre qui n'est pas près de diminuer, selon le ministre de la Défense.

Le dispositif de surveillance militaire "Sentinelle", mis en place après les attentats de janvier 2015, et renforcé après ceux du 13 novembre, sera maintenu à 10.000 hommes "tant que nécessaire", a déclaré ce dimanche le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian.

"C'est une opération militaire, de protection, elle est indispensable. Ils sont là et ils resteront le temps qu'il faudra", a-t-il précisé lors de l'émission Le Grand Jury sur RTL/LCI/Le Figaro.

Niveau de mobilisation exceptionnel 

Ce dispositif de surveillance des lieux de culte et de centaines de cibles potentielles pour des attaques terroriste comprend actuellement 10.000 hommes, un chiffre qui ne sera donc pas diminué, malgré les contraintes importantes que cela fait peser sur l'armée française. En 2015, plus de 70.000 soldats de l'armée de Terre se sont succédé dans des missions Sentinelle, une situation sans précédent depuis la guerre d'Algérie, certains ayant cumulé jusqu'à cinq ou six déploiements. 

Ce niveau de mobilisation, exceptionnel depuis la professionnalisation en 1997 des armées, pèse sur le temps d'entraînement des soldats, passé à 64 jours seulement, alors que l'objectif est de 90 jours.

Jean-Yves Le Drian a par ailleurs indiqué que la France souhaite mettre fin à son opération militaire Sangaris en Centrafrique en 2016. "L'objectif c'est que l'opération Sangaris en tant que telle s'arrête. Je souhaite que cela soit fait au cours de l'année 2016 et qu'il reste sur le territoire de Centrafrique de petites unités comme c'était le cas auparavant", a fait valoir le ministre.

la rédaction avec AFP