BFMTV

8 millions de lettres personnalisées pour communiquer sur les baisses d'impôts

François Hollande à la conférence de presse à l'Elysée le 7 septembre 2015.

François Hollande à la conférence de presse à l'Elysée le 7 septembre 2015. - Alain Jocard - AFP

Le gouvernement a promis une baisse d'impôts pour les foyers moyens et modestes. Et le rappelle en envoyant une lettre personnalisée à toutes les personnes concernées, soit un peu plus de 8 millions...

Chose promise, chose due. Lundi, lors de sa conférence de presse, François Hollande l’a confirmé: il y aura bien une baisse d'impôts de 2 milliards d'euros qui touchera 8 millions de foyers fiscaux. Une bonne nouvelle qui méritait bien une nouvelle annonce (la précédente datait du 20 août) mais aussi l’envoi d’une lettre personnalisée.

Huit millions de lettres personnalisées

Car, à partir de mercredi, 8 millions de contribuables français recevront dans leur boîte aux lettres un petit mot signé de la part de Michel Sapin, ministre des Finances, et Christian Eckert, secrétaire d’Etat au Budget, indiquant la somme économisée grâce au gouvernement. Sur cette lettre, que le HuffPost s’est procurée, on ne manque pas de rappeler l’engagement du gouvernement sur les impôts.

"Conformément aux engagements du gouvernement (...), le barème d'imposition de vos revenus de 2014 en 2015 a été modifié, notamment par la suppression de la première tranche d'imposition au taux de 5,5% (…) Votre impôt est de 735 euros; sans les mesures prises par la gouvernement, il aurait été de 903 euros". 

"On aurait pu écrire Votez pour nous!'"

Une communication calibrée et supervisée par François Hollande lui-même. En effet, au mois de juillet, alors qu’il était en visite officielle en Afrique, le chef de l’Etat a piloté en personne la rédaction de la lettre, rapportait RTL. Au départ, le ministère des Finances avait opté pour un message plus laconique et plus impersonnel, invitant le contribuable à se rendre sur Internet s’il souhaitait connaître le montant exact de sa baisse d’impôts. Un premier jet que François Hollande a rejeté tout de go, exigeant que l’on communique de manière individuelle sur la somme économisée grâce à l’exécutif.

Une opération de communication qui intervient à un an et demi de l'élection présidentielle de 2017. Contacté par RTL, un ministre s'en est même amusé: "À la fin du courrier, on aurait pu écrire Votez pour nous!".

Mélanie Godey