BFMTV

"7 jours BFM". Génération Hollande : pour l'amour de la politique

Fleur Pellerin, Guillaume Garot, Karine Berger et Olivier Faure ont tous eu un rôle dans la campagne du candidat Hollande.

Fleur Pellerin, Guillaume Garot, Karine Berger et Olivier Faure ont tous eu un rôle dans la campagne du candidat Hollande. - -

L'équipe de "7 Jours BFM" a suivi quatre "bébés" Hollande qui ont eu un rôle actif dans sa campagne et sont aux manettes aujourd'hui. Regardez le reportage de 26 minutes en intégralité.

Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l'Innovation et à l'Economie numérique ; Guillaume Garot, ministre délégué à l'Agroalimentaire ; Karine Berger députée des Hautes-Alpes et Olivier Faure député de Seine-et-Marne. Les quatre nous ont donné leur accord très rapidement, et malgré leur emploi du temps très chargé pendant ces dix jours où nous avons tourné, il ont accepté qu’on les suive partout où ils allaient. Ils sont jeunes, mais pas forcément débutants en politique, et ont très rapidement intégré les codes de la communication : ils savent l’intérêt qu’ils ont à se montrer, au travail, à la télévision. Tous ont eu un rôle dans la campagne du candidat Hollande : ils connaissent la machine politique et médiatique, s’y sentent à l’aise.

Il y a chez les quatre un vrai engagement, physique et intellectuel. L’actualité politique a été, il est vrai, particulièrement chargée avec le vote à l’Assemblée du projet de loi de finances, mais nous avons tous les trois été marqués par le rythme qu’ils impriment. La politique les fascine et les porte, mais les broie aussi un peu : la vie de famille et le temps libre passent après.

Ils ont compris qu'il va falloir faire de la politique sans argent

Même si la tâche est ardue, et les marges de manœuvres plus étroites que ce qu’ils pouvaient espérer, ils n’en laissent très peu paraître, et déclarent presque en chœur être concentrés entièrement sur la mission qui leur a été confiée : la lutte contre le chômage, le redressement du pays, l’application du programme.

Les questionne-t-on sur la crise de l’exécutif ou les cafouillages du gouvernement que la réponse cingle : ceci n’intéresse guère que les journalistes, c’est une tempête médiatique dans un verre d’eau, et eux ne regardent guère que la feuille de route qui leur a été confiée, pas les journaux qui commentent la mise en œuvre de celle-ci. Nouvelle génération ou pas, la langue de bois et les éléments de langage ont encore quelques beaux jours devant eux.

Enfin, nous avons été surpris, et plutôt agréablement, par la légèreté du dispositif dans lequel ils évoluent. Les députés sont souvent seuls, et les ministres (délégués) que nous avons suivis voyagent sans officiers de sécurité, et avec une équipe réduite de collaborateurs. La normalité semble être devenue la règle pour cette génération, qui réalise qu’elle a certes accédé aux responsabilités, mais que partout les moyens sont réduits, qu’il va falloir faire de la politique sans argent ou presque, et que c’est parti pour durer.

Un reportage à revoir en Replay sur BFMTV.com.