macron
 

Elles ont été les premiers soutiens, la première rampe de la campagne d'Emmanuel Macron, à qui, pour l'essentiel, elles restent fidèles dans cette période de hautes turbulences. Mais les classes moyennes supérieures pourraient bien sortir perdantes des arbitrages envisagés pour apaiser la crise des gilets jaunes. Une option très risquée politiquement pour le chef de l'Etat. 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire