Mis à jour le
La tête de la liste Renaissance, Nathalie Loiseau, à côté du Premier ministre Édouard Philippe, le 6 mai 2019
 

Même en se référant aux standards des précédentes élections européennes, peu mobilisatrices, la campagne de 2019 est particulièrement reléguée au second plan de l'actualité. 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire