BFMTV

Robert Ménard: "Il y a évidemment de la jalousie chez Jean-Marie Le Pen"

Fondateur de Reporters sans frontières et désormais maire de Béziers, élu avec le soutien du Front national, Robert Ménard a réagi à la sanction contre Jean-Marie Le Pen prononcée lundi par le FN. Il envisage aussi l'avenir du parti politique et juge que Marine Le Pen n'est "pas fragilisée" par cette crise interne.

"C'est triste et pathétique" mais "on s'y attendait". Le maire de Béziers Robert Ménard, élu avec le soutien du RBM mais non encarté au FN, a regretté sur BFMTV mardi que Jean-Marie Le Pen, suspendu de son statut d'adhérent du parti, soit "incapable à 86 ans de prendre sa retraite. A 86 ans on fait autre chose, à 86 ans on ne rêve pas de devenir président d'une région, à 86 ans on s'oublie un peu. (...) Ca me fait penser à ces vieilles personnes qui n'ont plus aucune retenue, qui disent ce qu'il n'est pas convenable de dire car il n'y a plus aucune barrière. C'est aussi une histoire de famille, il y a une part de jalousie dans la réaction de Jean-Marie Le Pen. Il est à la fois fier et jaloux de ces succès".

L’ancien candidat à la présidentielle a déclaré mardi sur Europe 1 qu’il ne souhaitait pas la victoire de sa fille en 2017. "Quand vous avez passé votre vie pour un combat et pour changer votre pays (…) vous ne pouvez pas dire ça", lui a répondu le fondateur de Reporters sans frontières.

Selon Robert Ménard, "Marine Le Pen n'est absolument pas fragilisée" la crise que traverse le Front national. En l'occurrence, la présidente du FN "n'a jamais tenu de propos antisémites ou racistes à l'inverse de son père. (...) Ils ne sont pas de la même génération et elle prend clairement ses distances" avec lui derrière cette décision. D'ailleurs, "si je n'ai jamais rejoint le FN, un partenaire, c'est à cause de" Jean-Marie Le Pen, assure Robert Ménard qui entrevoit désormais de nouvelles possibilités.

"Dans deux mois on ne parlera plus de cette histoire"

Quant à savoir si Marine Le Pen doit changer de nom comme demandé par son père, Robert Ménard juge que "c'est au FN de changer de nom, pas au FN. (...) Ca pourrait s’appeler le Peuple". La question pourrait être tranchée lors du congrès extraordinaire annoncé lundi soir par le bureau exécutif du parti et convoqué par la présidente.

"Je souhaite que la présidente du Front national se marie au plus vite parce que j’ai honte qu’elle porte le même nom que moi. Oui, je suis dur mais ça ne fait que commencer", avait déclaré Jean-Marie Le Pen sur RMC lundi soir. "Etre trahi, ça fait toujours un peu de peine. Surtout lorsque cela vient de sa propre fille, à qui j’ai largement favorisé sa carrière", a ajouté le père de Marine Le Pen.

"Je pense que dans deux mois on ne parlera plus de cette histoire", même si Jean-Marie continue de parler, estime Robert Ménard. "Rappelez-vous la guerre Fillon-Copé à l'UMP, plus personne ne s'y intéresse" aujourd'hui.

S.A.