BFMTV

Marine Le Pen: "le gouvernement français soutient les fondamentalistes islamiques"

Pour Marine Le Pen, le tragique événement souligne "l'incohérence de la politique étrangère de la France.

Pour Marine Le Pen, le tragique événement souligne "l'incohérence de la politique étrangère de la France. - -

Marine Le Pen, invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV/RMC lundi matin, a mis en cause la politique étrangère de la France, estimant que le gouvernement "soutient les fondamentalistes islamistes d'un côté et les combat de l'autre".

"Il faut aller au bout de ce qu'on a engagé" a affirmé Marine Le Pen, invitée de Jean-Jacques Bourdin lundi, et interrogée sur la présence française au Mali. Réagissant à la mort des deux journalistes de RFI à Kidal samedi, la présidente du Front national a souligné que "les reporters de guerre paient un très lourd tribut", indiquant qu'il est "un peu tôt pour faire des hypothèses".

Mais pour Marine Le Pen, cela souligne "l'incohérence de la politique étrangère de la France", qui soutient "les fondamentalistes islamistes", par l'intermédiaire de "ses alliés Qataris et Saoudiens" et les combat de l'autre. "Il faut cesser d'aider, où que ce soit dans le monde, les fondamentalistes islamistes, il faut arrêter de leur livrer des armes".

Marine Le Pen pour "la dissolution de l'Assemblée nationale"

Soutenant les manifestants qui ont brûlé ce week-end des portiques écotaxe, la Marine Le Pen a estimé que le gouvernement aurait dû supprimer l'écotaxe en question et non la suspendre. Pour elle, il s'agit d'un mouvement populaire "avec des petits patrons, avec des salariés de l'agro-alimentaire, des agriculteurs, des pêcheurs", et non pas mené par les syndicats. "Le Front national a toujours dénoncé le dumping social, y compris intra-européen". Les manifestants "ont été sacrifiés sur l'autel de utopie européiste", a encore précisé Marine Le Pen. "Le symbole de l'"UMPS", c'est l'écotaxe. Conçue par l'UMP, votée par l'UMP, mise en oeuvre par le PS"

Interrogée sur ce que réclame son parti, Marine Le Pen a répondu: "un changement radical du modèle économique, l'abandon total de l'européisme, l'abandon de la politique ultra-libérale, l'abandon du laisser-faire, laisser-passer, qui est à l'oeuvre depuis 20 ans et qui a ruiné notre industrie et notre agriculture", concluant "nous demandons la dissolution de l'Assemblée nationale".

"Quand on ne sait pas, il faut revenir au peuple, c'est ça la sagesse de la démocratie. Le peuple doit reprendre la main pour redonner un cap à la France" a également assuré Marine Le Pen, qui ne voit "que la dissolution de l'Assemblée nationale et un retour à des élections législatives, pour redonner la parole au peuple". "Immédiatement".

Magali Rangin