BFMTV

Le Front national dément la convocation en urgence d'un bureau exécutif

Marine Le Pen, après les Départementales, le 29 mars 2015 à Nanterre.

Marine Le Pen, après les Départementales, le 29 mars 2015 à Nanterre. - Miguel Medina - AFP

"Bureau exécutif" du Front national ce jeudi après-midi ou pas? Une certaine confusion règne après que le vice-président de ce parti l'avait annoncé ce matin sur RMC. Mais un communiqué est venu démentir cette "rumeur totalement infondée".

"La rumeur d'un bureau exécutif qui se déroulerait cet après-midi est totalement infondée", a précisé jeudi matin, un très court communiqué du Front national qui dément donc l'information selon laquelle Marine Le Pen devait convoquer en urgence une telle instance.

Pourtant, Florian Philippot avait annoncé sur RMC jeudi vers 8h15, la tenue de ce bureau exécutif. Dix membres du parti devaient être présents, mais pas Jean-Marie Le Pen. L'idée était alors que la présidente du parti soumette au bureau exécutif une procédure d’exclusion à l'encontre du président d'honneur du parti. Selon la procédure, Jean-Marie Le Pen aurait pu être suspendu dès ce jeudi soir. Il aurait eu ensuite dix jours pour exposer son point de vue et se défendre avant une exclusion devenue définitive passé ce délai.

"Une simple réunion de travail selon Nicolas Bey"

Mais Nicolas Bey, secrétaire général du FN et député européen, a indiqué sur notre antenne que Florian Philippot, vice-président du FN, avait seulement parlé "d'une réunion de travail, comme il y en a quasiment tous les jours". Selon Nicolas Bey, les décisions concernant Jean Marie Le Pen seront prises par le "bureau politique du Front national qui se tiendra le 17 avril". "Marine Le Pen, c'est son rôle de présidente, a rappelé que la ligne politique du Front national s'applique à tous et personne ne peut s'en affranchir, pas même le président d'honneur", a-t-il insisté.

La rupture est désormais consommée entre Jean-Marie Le Pen et sa fille, présidente du FN. Outre cette procédure d'exclusion, la présidente du FN compte aussi empêcher le président d'honneur de mener son dernier combat électoral, en Paca aux régionales de décembre. Jean-Marie Le Pen avait cofondé le Front national en 1972, qu'il avait ensuite porté à bout de bras pendant des années, avant de le transmettre à sa fille en 2011.

La présidente du Front national doit s'exprimer en fin d'après-midi pour clarifier sa position et la suite qu'elle compte donner à ces événements.

D. N. avec Apolline de Malherbe