BFMTV

La justice rejette la demande de réintégration de Jean-Marie Le Pen

Le Front national est en outre condamné à verser 15.000 euros de dommages et intérêts à Jean-Marie Le Pen, pour lui avoir interdit depuis plus d'un an d'exercer ses fonctions de président d'honneur.

Fin des conflits au Front national? La justice a validé jeudi l'exclusion de Jean-Marie Le Pen en tant que membre tout en reconnaissant son statut de président d'honneur du parti qu'il a fondé dans les années 70. Par conséquent l'ancien candidat à la présidentielle "devra être convoqué en qualité de membre de droit de toutes les instances" dirigeantes du parti dirigé par sa fille Marine Le Pen et pourra y "participer", écrivent les juges du tribunal de grande instance de Nanterre dans leur décision. La décision est applicable immédiatement, même si le FN fait appel, précise le jugement.

Le Front national est en outre condamné à verser 15.000 euros de dommages et intérêts à Jean-Marie Le Pen, pour lui avoir interdit depuis plus d'un an d'exercer ses fonctions de président d'honneur et pour avoir publié l'an dernier les résultats d'une consultation des adhérents portant sur la suppression de la présidence d'honneur, malgré la suspension de cette consultation par la justice.

"C'est un succès pour Jean-Marie Le Pen, s'est félicité son avocat maître Joachim sur BFMTV. Etre membre, c'est un rapport de droit qui signifie de régler sa cotisation annuelle, l'exclusion n'a pas d'importance. Mais être président d'honneur c'est concret et c'est reconnu à Jean-Marie Le Pen et depuis le 4 mai 2015, le Front national a tenté de le nier".

Les chambres à gaz et Pétain

Le "Menhir", 88 ans, avait été suspendu du FN en mai 2015, puis exclu en août de la même année, en raison notamment de ses propos réitérés sur les chambres à gaz, "détail" de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, qui lui ont valu en avril une condamnation à 30.000 euros d'amende, ou de sa défense du maréchal Pétain. Des provocations jugées pénalisantes pour la stratégie de "dédiabolisation" menée par sa fille, à la tête du parti.

A trois reprises l'an dernier, la justice lui avait donné raison, d'abord en annulant sa suspension puis en suspendant, par deux fois, le congrès par correspondance censé supprimer ce statut de président d'honneur qui le rend membre de droit de toutes les instances FN. L'avocat du FN n'était pas joignable dans l'immédiat.

Samuel Auffray avec AFP