BFMTV

L'Américain Steve Bannon au congrès du FN, une invitation à double tranchant

La venue de Steve Bannon à Lille ce samedi contraste avec le travail de dédiabolisation effectué par le FN ces dernières années. L'ancien conseiller de Trump est à la tête de Breitbart News, un média d'extrême-droite aux relents racistes et antisémites.

C'est Louis Aliot, député Front National des Pyrénées-Orientales, qui a annoncé la nouvelle vendredi soir sur Twitter: "Bienvenue à Steve Bannon qui vient s'adresser au FN samedi et rencontrer Marine Le Pen", a assuré le vice-président du parti sur Twitter. Une invitation qui interroge sur la stratégie du FN, toujours engagé dans une campagne de dédiabolisation alors que son image continue de se dégrader et ses idées de reculer dans l'opinion, selon plusieurs enquêtes récentes.

Un "coup de tonnerre" dans le paysage du FN

Car Steve Bannon, ancienne éminence grise de Donald Trump dont il fut le conseiller pendant plusieurs mois, est à la tête de Breitbart News, un groupe de presse populiste d'extrême-droite anti-immigration, aux relents racistes et antisémites. Conseiller de Donald Trump, il est parvenu à convaincre le président américain de renoncer aux accords de Paris sur le climat, avant d'être décrié aussi bien par les Démocrates que par les Républicains.

"C'est extrêmement surprenant. J'ai vu Gilbert Collard, l'un des plus marinistes qui soit au sein du Front national, qui était désemparé lorsqu'il a appris la venue de Steve Bannon au congrès", assure Jannick Alimi, rédactrice en chef du service politique du Parisien, sur BFMTV. "C'est un coup de tonnerre dans le paysage du Front national aujourd'hui", selon elle.

Une revanche sur Marion Maréchal-Le Pen

La venue de Steve Bannon donne déjà des arguments politiques aux adversaires du Front national, à l’image de Christophe Castaner le porte-parole du gouvernement. Cet événement pourrait cependant permettre à Marine Le Pen de faire valoriser un soutien étranger, alors que Nigel Farage, le chef de file des conservateurs britanniques, a apporté son soutien à Florian Philippot, l'ancien numéro 2 du FN.

Pour Marine Le Pen, cette invitation sonne aussi comme une revanche vis-à-vis de Marion Maréchal-Le Pen, très appréciée par Steve Bannon, et qui a prononcé récemment un discours devant les conservateurs américains à Washington. Un récent sondage Elabe pour BFMTV a montré que la nièce remportait la bataille de l'image face à sa tante. La venue de Bannon est également une manière pour la présidente du FN de se réaffirmer auprès de Donald Trump, alors qu'elle n'a pas pu le rencontrer lors de la campagne présidentielle française.

"Ecouter ceux qui ont gagné une élection"

Pour Sébastien Chenu, porte-parole du Front national, la présence de Steve Bannon lui permettra d'exposer aux militants "comment s'y prendre" pour accéder au pouvoir. Pour lui, l'ancien conseiller de Donald Trump "incarne le rejet de l'establishment, de l'Union européenne, du système politico-médiatique, cette résistance que nous incarnons au politiquement correct".

"Il a été aussi l'artisan d'une victoire, celle de Donald Trump, sur laquelle personne ne pariait et surtout pas les médias européens ni les politiques européens, donc il va nous expliquer que la victoire est possible, comment on peut s'y prendre, et je trouve ça toujours intéressant d'écouter ceux qui ont gagné une élection", a ajouté Sébastien Chenu sur France Inter.

Selon nos informations, Steve Bannon devrait prendre la parole ce samedi en fin d'après-midi, avant la tenue un point presse. 

Guillaume Dussourt