BFMTV

Florian Philippot: "Jean-Marie Le Pen est dans une dérive de provocation"

-

- - BFMTV

Après un 1er mai chahuté pour la présidente du Front national, le vice-président du FN était l'invité de BFM politique dimanche. Florian Philippot est revenu sur les récents dérapages de Jean-Marie Le Pen et son avenir au sein du FN. 

Jean-Marie Le Pen sera-t-il toujours lundi soir président d'honneur du Front national? A la veille de la réunion du bureau exécutif du parti, Florian Philippot membre de cette assemblée "réserve sa décision". Mais le vice-président du Front national est revenu sur les sorties du fondateur du parti, dénonçant "une attitude quasi-systématique de provocation". 

La dernière en date, Jean-Marie Le Pen s'invitant sur le podium lors du discours de sa fille le 1er mai, était pour Florian Philippot une nouvelle provocation "malveillante".

Mais lundi, c'est sur les propos de Jean-Marie Le Pen à l'hebdomadaire Rivarol que le bureau exécutif se prononcera principalement. Le président du Front national avait réaffirmé que les chambres étaient un "détail" de l'histoire. Il avait également pris la défense du Maréchal Pétain. 

Des propos qui "heurtent" les convictions du vice-président

Pour Florian Philippot toutes ces récentes déclarations démontrent l'intention de Jean-Marie Le Pen de nuire à sa fille. "Il a répété des choses qu'il n'avait jamais dites depuis que Marine Le Pen était présidente du Front", explique Florian Philippot. Je ne vois pas pourquoi il a ressenti le besoin de revenir sur cette thématique", s'interroge le vice-président. 

Le bras droit de Marine Le Pen réaffirme que les provocation du président d'honneur ne correspondent pas à la ligne du Front national. "Quand on me parle de Pétain, du "détail", ça heurte mes convictions, comme ça heurte les convictions de Marine Le Pen. C'est tellement loin de ce qu'est le Front national", assure Florian Philippot. Pour lui, la décision de Marine Le Pen de convoquer le bureau exécutif le prouve. 

Que Jean-Marie Le Pen "n'engage plus le Front national"

Dimanche, Marine Le Pen a estimé que son père ne devait "plus pouvoir parler au nom du Front national". Florian Philippot suit la même ligne, l'objectif de la décision du bureau exécutif lundi sera "de faire en sorte que la parole" de Jean-Marie Le Pen, "puisqu'il la souhaite libre (...) ne puisse plus engager le Front national". Le vice-président du parti assure que toutes les sanctions y compris l'exclusion est envisagé, "tout est possible" sourit-il. Mais Jean-Marie Le Pen compte encore de nombreux soutiens au sein du parti. Un courant opposé à la ligne que conduit Marine Le Pen. Pourtant pour Florian Philippot "il y a une unanimité totale derrière" la présidente du Front national. Le vice-président réfute toute "scission, division ou de courants" au sein du parti. 

"Tout est possible"

Florian Philippot a estimé que toutes les sanctions étaient possibles contre Jean-Marie Le Pen lors de sa comparution lundi devant le bureau exécutif du parti réuni en formation disciplinaire. Interrogé sur le fait de savoir si l'éventail des sanctions incluait une possible exclusion, il a répondu: "Tout est possible". Il a lui-même avoué: "Je ne sais pas s'il viendra".

C. B