BFMTV

Agacé, le président de Public Sénat répond à Marion Maréchal-Le Pen

"Public Sénat est regardée par 10 ou 15 personnes", s'était moquée Marion Maréchal-Le Pen.

"Public Sénat est regardée par 10 ou 15 personnes", s'était moquée Marion Maréchal-Le Pen. - BFMTV

Gilles Leclerc rappelle que sa chaîne a été regardée par 23,6 millions de téléspectateurs en mars 2014, alors que la députée FN a de nouveau critiqué sa réaction lors du prix du Trombinoscope.

Gilles Leclerc, président de Public Sénat, répond à Marion Maréchal-Le Pen, après son intervention, ce mardi matin, sur BFMTV et RMC. La jeune élue parlementaire y qualifiait Public Sénat de "chaîne payée par nos impôts et regardée par environ 10 ou 15 personnes", ce qui n'a évidemment pas plu au président.

Si Gilles Leclerc dit "ne pas souhaiter polémiquer", il rappelle tout de même que la chaîne est regardée par 23,6 millions de téléspectateurs, dans un communiqué publié ce mardi. Un sondage établit également que 56% des Français estiment que la chaîne leur manquerait si elle n'existait pas, "n'en déplaise à Marion Maréchal-Le Pen".

"Ca vous ennuiera terriblement quand nous serons au pouvoir"

Lors de la remise du prix du trombinoscope politique 2014, Gilles Leclerc s'était distancé de la décision de remettre le prix de l'élu local à Steeve Breevois, maire FN. Il avait quitté la scène pour ne pas lui remettre en mains propres.

La décision avait pour le moins irrité Marion Maréchal-Le Pen, qui s'était approché de lui après la cérémonie pour lui dire: "Vous allez avoir des problèmes..."

C'est en explicitant ces propos, ce matin, qu'elle a lancé cette nouvelle pique contre Public Sénat. Refusant d'abord d'expliciter ses propos, elle a fini par lancer: "ce que je voulais dire, c'est que ça vous ennuiera terriblement quand nous serons au pouvoir", avant de déplorer que le site du trombinoscope n'ait pas mis en ligne la réaction de Gilles Leclerc lors de la remise du prix. "Les Français auraient compris mon indignation", estime-t-elle.

J.S