BFMTV

Frédéric Cuvillier: l'écotaxe doit être "remise à plat"

-

- - -

Le secrétaire d'Etat chargé des Transports, Frédéric Cuvillier, a confirmé jeudi la nécessité de "remettre à plat" l'écotaxe tout en en défendant le principe pour financer les infrastructures routières.

Une réforme qui doit être "remise à plat" mais "indispensable". Frédéric Cuvillier, qui a été reconduit aux Transports en tant que secrétaire d'Etat et non plus ministre délégué, a défendu une contribution au financement des infrastructures.

"Ceux qui ont une utilisation économique des routes doivent contribuer à leur modernisation", a t-il déclaré jeudi au micro de Jean-Jacques Bourdin en soulignant qu'il fallait parallèlement "expliquer l'utilité et le fondement" de cette nouvelle taxe.

"Il faut qu'il y ait une contribution au financement des infrastructures, c'est indispensable", a insisté le secrétaire d'Etat, en reconnaissant un "problème d'acceptabilité" et de "résistance" vis à vis de cette "fiscalité environnementale".

L'objectif de cette remise à plat de l'écotaxe est de déterminer "comment financer les infrastructures et protéger les 40.000 entreprises de transport", selon Frédéric Cuvillier qui s'en remet au rapport qu'une mission d'information parlementaire doit remettre dans une quinzaine de jours et dont les conclusions déboucheront sur une "décision interministérielle".

"L'écotaxe ou la contribution au financement des infrastructures doit être intégrée dans le coût du transport, ce ne peut pas être à la seule charge des transporteurs routiers", a-t-il estimé.

Maintes fois reportée, l'écotaxe, dont l'entrée en vigueur est toujours suspendue, vise à taxer les poids lourds de plus de 3,5 tonnes afin de financer notamment des infrastructures de transport "durable", via des portiques installés sur les grands axes.


Suivez Jean-Jacques Bourdin sur Twitter
Follow @JJBourdin_RMC

Réagissez sur le compte Twitter d'RMC avec le hashtag #BourdinDirect
Tweet #Bourdindirect

La rédaction