BFMTV

Frêche : «Un complot monté par Aubry»

-

- - -

Définitivement lâché par le PS à deux mois des Régionales, le président de la région Languedoc-Roussillon Georges Frêche, se défend, accusant directement la première secrétaire du parti.

La direction du PS s'est définitivement séparée de Georges Frêche, président du Conseil régional depuis 2004 et à nouveau tête de liste Divers Gauche en Languedoc-Roussillon. Martine Aubry a demandé à Hélène Mandroux, la maire socialiste de Montpellier, de conduire une liste alternative, après le dernier dérapage du président de Région, qui sème la zizanie à gauche, à deux mois des Régionales. Dans un article paru hier dans l'Express, Georges Frêche déclare que voter pour Laurent Fabius en Haute-Normandie lui poserait un problème parce qu'il « a une tête pas très catholique ».

« Je n'ai aucune excuse à présenter »

Des propos que Georges Frêche maintient, sans gêne aucune : « On a sorti une phrase que j'avais prononcée il y a trois mois et que personne n'avait retenue. Ce que j'avais dit à l'époque, tous les dictionnaires font foi, ça veut dire : je n'ai pas confiance en ce monsieur. Moi je n'ai pas confiance en Laurent Fabius, c'est mon adversaire principal au sein du PS. Donc, je n'ai rien à retirer, aucune excuse à présenter, ni quoi que ce soit. »

« Moi, le peuple, il m'aime »

En direct ce matin sur RMC, Georges Frêche a réagi à ces condamnations venant du siège du PS, rue de Solférino à Paris : « Il y a une chose qu'ils ont du mal à comprendre dans le 6ème arrondissement à Paris [ndlr, le siège du PS se trouve en fait dans le 7ème arrondissemnt], c'est que moi, le peuple, il m'aime. C'est un complot monté par Martine Aubry. Elle essaie d'instrumenter les habitants du Languedoc-Roussillon, pour le premier round de la future présidentielle. En tous cas, qu'elle ne compte sûrement pas sur nous pour la désigner comme candidate aux Présidentielles, parce qu'elle se trompe de spectacle. Les gens en Languedoc-Roussillon, ce qui les intéresse, c'est ce que je fais : je me bats pour les emplois, parce qu'il y a beaucoup de chômage ; je me bats pour la défense de l'environnement... Et nous en avons assez d'être perturbés par les trublions du 6ème arrondissement. »

Frêche plébiscité dans sa région ?

Dans le camp des socialistes à Montpellier, la sortie de Frêche sur Fabius, c'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. On sentait le PS embarrassé depuis que Georges Frêche avait annoncé qu'il se représentait. Martine Aubry n'avait pas laissé filer le moindre commentaire. Il faut dire que l'ancien maire de Montpellier, qui est radié du PS depuis 2007, est largement plébiscité par les socialistes en Languedoc-Roussillon. 90 % d'entre eux ont voté pour son investiture le mois dernier. La polémique ne fait pas sens ici. Les Languedociens connaissent le franc-parler de Georges Frêche et la candidature d'Hélène Mandroux semble peu crédible. Comment la maire de Montpellier va-t-elle pouvoir rassembler la gauche ? La principale inconnue tourne autour d'une éventuelle alliance avec Europe Ecologie, qui semble exclue au premier tour. Cette fois, le PS semble prêt à prendre le risque de perdre une région pour garder ses valeurs...

La rédaction, avec Claire Andrieux