× BFMTV
Découvrez l'application
BFMTV
INSTALLER
French presidential election candidate for the right-wing Les Republicains (LR) party Francois Fillon gives a press conference on March 1, 2017 in Paris. Fillon said he will be charged over allegations he paid his wife and children for fake jobs but that he would not pull out of the campaign. Fillon, a conservative, said he would meet investigating magistrates on March 15 but denied all the allegations against him and reiterated that his family had "assisted" him during his political
 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Tarco 14
    Tarco 14     

    Mais Bayrou a lui gardé son vieux costume, cela fait tache dans une équipe nouvelle.

  • Tarco 14
    Tarco 14     

    Mais Bayrou a lui gardé son vieux costume, cela fait tache dans une équipe nouvelle.

  • mop2013
    mop2013     

    Soutien total à Fillon...Le jeu a été truqué pour faire passer le fils préféré de Hollande qui est loin d'être blanc comme neige...Ecoeurant...

  • elodiem
    elodiem     

    Je ne comprends pas, Mediapart avait annoncé qu'il y a avait des soupçons que ce ne soient pas les bons. Ils n'avaient donc pas vérifié cette fois-là ? Gageons qu'ils publieront un article sur le sujet confirmant que oui oui finalement c'étaient bien les bons costumes, et qu'ils avaient relayés des soupçons infondés. Mais non je plaisante ... Mediapart c'est la bonne foi incarnée ah ah ah ah .

    Picto
    Picto      (réponse à elodiem)

    Costumes pas estampillés Made in France ?
    Sans la marque du "magasin" ???
    ... ça ne ressemble pas au marques de luxe.
    Qui si ça ne faisait pas "mauvais genre" mettre les étiquettes de la marque à l'extérieur !!!

    Chacun croira ce qu'il veut.
    Et puis Fillon c'est Fini.

  • elodiem
    elodiem     

    Mediapart s'était empressé d'insinuer le doute sur le fait qu'il s'agissait des bons costumes. Leur travail de sape ayant porté ses fruits, n'attendons pas d'eux le moindre article sur le sujet. Entre les journalistes qui passent plus de temps à relayer l'incertitude ou l'imprécision, voire l'erreur, qu'à fournir des informations vérifiées, et les internautes qui se prennent tour à tour pour des enquêteurs, des juges et des bourreaux, on n'est pas gâtés dans ce pays.

Votre réponse
Postez un commentaire