× BFMTV
Découvrez l'application
BFMTV
INSTALLER
French far-right Front National (FN) party Vice-President Florian Philippot and member of the European Parliament takes part in a voting session at the European Parliament in Strasbourg, eastern France, on March 14, 2017.
 

Rétrogradé mercredi soir au rang de vice-président du FN sans attribution, Florian Philippot quitte le parti.

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • jlanglois
    jlanglois     

    Les bernard-l’hermites quittent le panier, ne restent plus que les crabes...

  • sonntag67
    sonntag67     

    Une fronde anti-Philippot se lève à l'Est
    La guerre des chefs au FN devait toucher le groupe Les Patriotes-FN de la Région Grand Est présidé par Florian Philippot.
    Douze élus sur les 46 que compte le groupe Les Patriotes ont signé ce courrier adressé le 9 septembre à Nicolas Bay, secrétaire général du FN, dont les Alsaciens Marie-Hélène de Lacoste-Lareymondie, Grégory Stich et Marion Wilhelm.

    Cette lettre, qui alimentera le procès fait à Florian Philippot par ses détracteurs, recense « un certain nombre de dysfonctionnements voire de non fonctionnement » imputé à des « dirigeants du groupe qui ne maîtrisent pas les problématiques régionales » et à l’absence du président et des vice-présidents du groupe ».

    « De façon générale, notre président ainsi que les vice-présidents sont souvent physiquement indisponibles. Monsieur Philippot part de l’assemblée le plus souvent après une heure ou deux de présence. Au-delà du simple fait de nous discréditer au sein du conseil régional cette attitude a également une incidence sur le groupe. En effet, globalement nous assistons à une baisse de motivation des élus car ceux-ci se sentent peu considérés », écrivent les élus.

    Les signataires indiquent par ailleurs que « l’absentéisme de certains élus entraîne un phénomène plus grave : en 2018 le groupe aura un manque à gagner d'environ 10 000 € et devra probablement se priver d'un à deux assistants, du fait des absences répétées de ces élus, l'enveloppe des groupes étant liée aux présences ou non des élus en commissions techniques et/ou sessions plénières».

    Ils déplorent également que « certains élus soient privés de parole depuis des mois » et que d’autres « ne sont jamais repris par les comptes officiels (Facebook, Twitter) du groupe ».

    Les frondeurs frontistes formulent trois demandent à Nicolas Bay : « la suppression de l’appellation Les Patriotes », « une redistribution des vice-présidences du groupe » et « une audition individuelle et confidentielle de chaque membre du groupe par des représentants du parti ».

  • .Bajul
    .Bajul     

    MON dieu mon dieu c est un grand malheur ,,JEANNE AU SECOURS !!!!!!

Votre réponse
Postez un commentaire