BFMTV

Un élu Front de gauche veut aller saisir les biens de Recylex (ex-Metaleurop)

BFMTV

Le maire Front de gauche d'Auby (Nord) veut "saisir" des biens de l'entreprise Recylex, anciennement Metaleurop, afin de sauvegarder les emplois des salariés travaillant sur l'ancien site de l'usine du Pas-de-Calais, a annoncé lundi l'élu.

Les 35 salariés de la société Indra, spécialiste du démantèlement de véhicules hors d'usage qui s'est installé sur l'ancien site Metaleurop de Noyelles-Godault (Pas-de-Calais) après sa fermeture, risquent de perdre leur emploi, Indra étant menacée de baisser le rideau.

Les salariés d'Indra ont besoin de 6 millions d'euros pour conserver leur emploi, selon Freddy Kaczmarek, maire d'Auby, qui a décidé d'aller réclamer cet argent à l'entreprise Recylex, anciennement Metaleurop.

Il compte se rendre jeudi au siège administratif de Recylex à Suresnes (Hauts-de-Seine) avec des salariés d'Indra et des élus pour "saisir" des biens, "puisque les salariés de Metaleurop se font saisir leurs biens quand ils ne peuvent plus payer".

Metaleurop avait pris la décision de fermer son site de Noyelles-Godault en 2003. La société annonçait alors qu'elle ne prendrait en charge ni les frais de licenciement des 830 salariés, ni les dépenses de dépollution pour ne pas compromettre la stabilité financière du groupe.