BFMTV

Manifestation contre l'austérité: le pari de Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon en metting, en avril 2012.

Jean-Luc Mélenchon en metting, en avril 2012. - -

Jean-Luc Mélenchon entend dimanche après-midi à Paris faire de la marche "contre l'austérité", une démonstration de force, à la veille du premier anniversaire de l'accession à l'Elysée de François Hollande.

C'est le grand jour pour Jean-Luc Mélenchon. Le leader du Parti de gauche entend bien faire de ce dimanche une démonstration de force. Avec ses partenaires du Front de gauche, il appelle à marcher contre l'austérité ce dimanche, de Bastille à Nation, un an après l'arrivée à l'Elysée de François Hollande.

"D'échec, il n'y en aura pas, ce n'est pas possible, parce que ce nous sommes en train de faire est une chose inouïe. C'est une manifestation de gauche sous un gouvernement de gauche, contre une politique sociale libérale et pour changer les institutions, c'est énorme, personne n'a jamais fait ça. Et vous allez voir le niveau d'éducation et de conscience populaire qu'il y a dans notre pays", réaffirmait vendredi Jean-Luc Mélenchon, pour qui "à 100.000 (manifestants) c'est un triomphe".

En lançant l'idée de cette manifestation "contre l'austérité, contre la finance et pour la VIe République" en plein scandale Cahuzac, le porte-parole du Front de gauche (FG) avait parlé d'un "coup de balai". Une illustration du "parler cru et dru" du coprésident du parti de gauche (PG) qui n'avait pas plu à tout le monde. "Pas la bonne expression", avait rectifié Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et autre porte-parole du FG.

Des personnalités refroidies par "le coup de balai"

Plusieurs personnalités qui auraient pu être tentées par cette démarche visant à "appliquer une autre politique" ont été refroidies par cette expression, un an presque jour pour jour après l'élection de François Hollande et le retour d'une partie de la gauche au pouvoir.

Ainsi, Europe Ecologie-Les verts (EELV), qui compte deux représentants au gouvernement, ne défilera pas. Des écologistes participeront toutefois au défilé, dont Eva Joly, ancienne candidate EELV à la présidentielle.

Autre allié extérieur au Front de gauche: le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot, qui a effectué vendredi une action autour la Banque de France pour dénoncer le "gouvernement sponsor officiel des paradis fiscaux". "Nous appelons à manifester sur nos propres bases", a toutefois précisé Olivier Besancenot, qui n'est pas d'accord avec Jean-Luc Mélenchon sur la VIe République.

Des syndicalistes, des militants associatifs, des sympathisants sont également annoncés pour ce grand défilé. "Plus d'une centaine de bus" étaient déjà prévus en début de semaine selon Marie-Pierre Vieu, responsable de la coordination nationale du Front de gauche.


A LIRE AUSSI: >> 5 mai: peu de politiques au "coup de balai" de Mélenchon >> Jean-Luc Mélenchon se "tient prêt" pour Matignon

>> La manif de Mélenchon divise la gauche de la gauche