BFMTV

Injustice fiscale: selon Mélenchon, la France est "en 1788"

Jean-Luc Mélenchon lors d'une marche contre l'austérité à Perpignan le 2 juin 2013.

Jean-Luc Mélenchon lors d'une marche contre l'austérité à Perpignan le 2 juin 2013. - -

Le co-président du Parti de gauche a donné une interview à Le Parisien-Aujourd'hui en France publiée, ce dimanche, jour de la marche fiscale organisée à Paris par le Front de gauche.

On le sait Jean-Luc Mélenchon est un féru d'histoire. Le co-président du Parti de gauche estime, que face à l'injustice fiscale, "nous sommes en 1788", dans une interview parue dimanche dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, le jour de la manifestation du Front de gauche à Paris sur ce thème.

L'ancien candidat à la présidentielle réclame en premier lieu "l'abolition de la hausse de la TVA en janvier". Selon lui, "les gens ne se méfient pas car le chef de l'Etat les a embrouillés avec le taux à 20%. Il ne leur a pas parlé du taux qui va passer de 5,5 à 10% pour un tas de petites choses de la vie quotidienne. L'augmentation de la TVA va coûter en moyenne 428 euros par an pour une famille de quatre personnes. Cela va porter sur les médicaments non remboursables, les maisons de retraite, la consommation d'électricité, les transports".

"Sans impôt, il n'y a plus d'Etat"

"La France est en 1788", déclare Jean-Luc Mélenchon en référence à l'année précédant la Révolution française. "Le système de l'impôt est rejeté par tout le monde car tous savent qu'il protège les privilégiés fortunés. Pourtant, il n'y a pas d'alternative : sans impôt, il n'y a plus d'Etat".

"Il faut donc établir un impôt universel et juste. Et abolir les privilèges. Tous les efforts reposent sur la classe moyenne. Les très riches et les très grandes entreprises ne contribuent pas à la hauteur de leurs moyens. Au contraire, ils se servent à pleines mains", juge le député européen.

E. M. avec AFP