BFMTV

Marine Le Pen: "La Manif pour tous ne peut perdurer"

La présidente du Front national Marine Le Pen, le 27 mai 2013 sur BFMTV

La présidente du Front national Marine Le Pen, le 27 mai 2013 sur BFMTV - -

La présidente du Front national a répondu aux accusations de Manuel Valls, qui a condamné dimanche des violences causées "par l'extrême droite" en marge de la "Manif pour tous".

Après les nombreux débordements qui ont de nouveau émaillé dimanche la manifestation pour protester contre le mariage homosexuel, l'heure est à la chasse aux responsables. Dès dimanche soir, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a ainsi pointé des violences aux Invalides causées par "plusieurs centaines d'individus, pour la plupart issus de l'extrême droite et de la mouvance identitaire". Une accusation à laquelle a répondu Marine Le Pen, présidente du Front national, lundi matin sur BFMTV.

"Nous, c'est 'Les Français d'abord'"

"Non, je ne les connais pas", a-t-elle expliqué avant de condamner les dérives observées dimanche. "Ce sont probablement des extrémistes. Le comportement qui consiste à aller agresser les forces de l'ordre est inadmissible."

Puis, interrogée sur les slogans scandés par certaines personnes durant la manifestation -dont "La France aux Français"- Marine Le Pen a estimé qu'ils n'avaient rien à voir avec le FN. "Nous, c'est 'Les Français d'abord'", a-t-elle soutenu.

Une escalade "aussi artificielle que malsaine"

Dimanche, Marine le Pen avait suggéré que le ministère de l'Intérieur avait peut-être intérêt à "laisser le désordre s'installer". "Ce qui est sûr c'est que le ministère de l'Intérieur ou alors c'est vraiment très grave, connaît pertinemment qui sont ces gens, qui sont ces groupes, qui les dirige, qu'est-ce qu'ils envisagent de faire, ces groupes qui sont bien souvent infiltrés par les renseignements français", avait-elle déclaré à la mi-journée à l'issue du congrès de l'Alliance européenne pour les libertés dont elle est vice-présidente.

Marine Le Pen a de nouveau renvoyé UMP et PS dos à dos, estimant que "l'escalade" entre les deux partis était "aussi artificielle que malsaine"... comme elle l'avait déjà fait dimanche sur Twitter.

L'escalade entre l'UMP et le PS sur la #manifpourtous est aussi artificielle que malsaine. MLP
— Marine Le Pen (@MLP_officiel) May 26, 2013

"La Manif pour tous ne peut perdurer"

"Je crois que l'ensemble des acteurs, y compris de cette manifestation, sont conscients qu'elle ne peut pas perdurer. Mais la grogne demeure. Il n'y a pas que le mariage homosexuel", a estimé Marine Le Pen, évoquant "un désaveu total de la politique menée par François Hollande."

Enfin, Marine le Pen a ironisé sur un possible avenir politique de Frigide Barjot, qui a estimé dimanche que la contestation devait désormais entrer dans "une phase politique": "outre son opposition au mariage homosexuel, qu'a-t-elle a proposer?"

A LIRE AUSSI:

>> EN IMAGES - Les deux visages de la dernière "Manif pour tous"

Sandrine Cochard