BFMTV

Louis Aliot reconnaît des "frictions" au sein du Front national

Louis Aliot sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin, le 23 décembre 2016.

Louis Aliot sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin, le 23 décembre 2016. - BFMTV

Louis Aliot estime que les discussions qui agitent le FN notamment sur la question de l'IVG sont "saines", tout en rappelant que la ligne ultra-majoritaire reste celle de Marine Le Pen.

Louis Aliot tente de calmer le jeu. Face à Jean-Jacques Bourdin ce vendredi, le député européen a qualifié de "frictions" les dissensions au sein du Front national, notamment sur la question de l'IVG.

"Sa position personnelle"

Un thème une nouvelle fois abordé par Marion Maréchal-Le Pen ce mercredi au cours d'une interview et durant laquelle elle a réitéré vouloir limiter le remboursement de l'IVG. Une position qui lui avait déjà valu un rappel à l'ordre de Florian Philippot. La nièce de Marine Le Pen avait alors dénoncé une agression. "C'est sa position personnelle", a relativisé Louis Aliot soulignant que l'essentiel "c'est la position de Marine (...)".

"Vous savez, Marion est aussi opposée à la peine de mort, moi j'y suis plutôt favorable, a-t-il argumenté. Elle défend certains principes qu'elle juge très importants. Moi je m'en tiens à la ligne du mouvement politique."

"On n'est pas un parti totalitaire"

Un débat plutôt mouvementé que le vice-président du FN juge sain. "On est libres, on n'est pas une secte, on n'est pas un parti totalitaire", a-t-il défendu, rappelant toutefois "qu'il n'y a qu'une ligne ultra-majoritaire c'est celle de Marine Le Pen".

Quoiqu'il en soit, pour Louis Aliot, ces "chicayas" comme l'a dit Marine Le Pen, ne sont pas le sujet. L'objectif est autre. "Le sujet c'est la présidente du FN, candidate à la présidentielle, qui défend un programme. Le reste n'est que littérature", a-t-il balayé.

A.C.