BFMTV

Indignation générale après les tweets de Marine Le Pen sur Daesh

Un des tweets de Marine Le Pen a finalement été retiré (photo d'illustration)

Un des tweets de Marine Le Pen a finalement été retiré (photo d'illustration) - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

En trois tweets, Marine Le Pen a suscité l'indignation au sein du gouvernement ainsi qu'à droite et au centre. Valls, Dupont-Aignan, Bayrou... Tous condamnent la "faute politique et morale" de la député européenne.

Une "faute morale", Marine Le Pen "pète les plombs", un "excès". Les réactions de tous bords ont unanimement condamné les publications de la présidente du Front national sur Twitter.

Mercredi matin, Marine Le Pen tweete trois photos issues de la propagande de Daesh et que les médias français n'ont pas publiées. Elles ne sont ni floutées, ni contextualisées par la présidente du Front nationale mais accompagnées de la légence "Daesh, c'est ça!". L'une de ces images montre le journaliste américain James Foley, décapité par l'organisation jihadiste. La mère du défunt, Diane Foley, s'est dite "très en colère" contre la députée européenne, à qui elle a demandé de retirer la photo. 

Ces publications sont la réponse de l'élue à l'interview de Gilles Kepel par Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV-RMC, qu'elle accuse d'un parallèle entre le Front national et Daesh. 

Marine Le Pen "incendiaire"

La famille du défunt n'a pas été la seule à interpeller Marine Le Pen. Manuel Valls a répondu sur Twitter, dénonçant la "faute politique et morale" de la députée européenne, qu'il qualifie "d'incendiaire du débat public". Le chef du gouvernement a confié dans Le Parisien ce jeudi: "C'est une horreur". 

Bernard Cazeneuve a dénoncé "une abjection, une abomination et une véritable insulte pour toutes les victimes du terrorisme". Après un signalement du ministre de l'Intérieur, une enquête préliminaire a été ouverte dès mercredi pour "diffusion d'images violentes". 

Dupont-Aignan condamne les "excès" du FN

Au 20h de France 2 mercredi soir, Nicolas Dupont-Aignan à quant à lui estimé que ces tweets sont la preuve des "excès" du FN. Le président de Debout la France recadre Marine Le Pen: "Je pense que quand on aspire à la plus haute fonction de l'Etat, on ne fait pas ça. J'ai une autre conception de la politique. Je crois que les Français ne veulent plus de sensationnel, ils veulent du sérieux".

Elle "pète les plombs"

Au centre, François Bayrou estime que Marine Le Pen "pète les plombs". Sur BFMTV-RMC, le président du Modem déplore l'indécence de ces tweets. "On oublie que des parents pleurent encore l'enfant qu'ils ont perdu, et on affiche ces photos comme des arguments électoraux".

"Je pense que Marine Le Pen est prise dans ce moment de la politique où la passion l'emporte sur autre chose, le sentiment d'être assiégé. Elle pète les plombs, ou son entourage".

Dans le même registre, Xavier Bertrand (Les Républicains) a jugé que "de la part de Mme Le Pen, c'est une honte". Sur BFMTV, le futur président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie estime que "c'est l'indécence totale".

Jeudi matin, Marine Le Pen a supprimé sa publication montrant la dépouille de James Foley. Le Parisien révèle que la présidente du Front national avait consulté l'avocat du parti avant de tweeter. Wallerand de Saint Just a estimé qu'il n'y avait pas de risques juridiques pour l'élue, affirmant : "Il n'y a aucune infraction pénale, on ne fait que répondre aux provocations de Bourdin". 

Mélanie Longuet