BFMTV

CAFE POLITIQUE - Trierweiler: "on ne pourra pas dire que j'abuse de l'argent public"

Première sortie publique pour Valérie Trierweiler, fatiguée mais souriante.

Première sortie publique pour Valérie Trierweiler, fatiguée mais souriante. - -

Chaque matin, BFMTV.com sélectionne pour vous le meilleur de l'actualité politique. Au menu ce matin: le soutien de Marine Le Pen à... Valérie Trierweiler et la fin du "président des bisous".

> Valérie Trierweiler est en Inde avec un seul garde du corps

Valérie Trierweiler est apparue quelque peu fatiguée mais souriante lundi matin lors d'une visite dans un hôpital de Bombay, première sortie publique depuis sa séparation d'avec le président français François Hollande, et elle a décliné toute question sur sa situation personnelle.

Vêtue d'une veste et d'une jupe à mi-mollet bleu foncé, l'ancienne compagne du chef de l'Etat n'était accompagnée que d'un seul garde du corps... "Vous voyez, on ne pourra pas dire que j'abuse de l'argent public, je n'ai qu'un garde du corps", a-t-elle lancé aux journalistes, rapporte Europe1.fr.

> Marine Le Pen au secours de la "répudiée" Valérie Trierweiler

C'est un soutien auquel ne s'attendait pas l'ex-première dame. La présidente du FN Marine Le Pen a critiqué dimanche à Paris ce qu'elle a qualifié de "répudiation" de Valérie Trierweiler par François Hollande, y voyant une raison de s'interroger sur le personnage du chef de l'Etat. "On peut être frappés par la brutalité avec laquelle Valérie Trierweiler a été répudiée, la méthode utilisée, qui finit d'ailleurs par engendrer de la sympathie à son égard", a déclaré Marine Le Pen lors d'une conférence de presse en marge de la galette des rois de la fédération parisienne du Front national dans un cabaret près des Champs-Elysées.

> Harlem Désir au secours de François Hollande

A ceux qui critiquent les modalités de la rupture François Hollande - Valérie Trierweiler, Harlem Désir, Premier secrétaire du PS répond sur RTL: "le chef de l'Etat a "une personnalité très humaine, très sensible".

"Il me semble que des gens proches de Valérie Trierweiler ont indiqué qu'ils restaient en bons termes", a noté l'eurodéputé à propos de l'ex-Première dame. Le patron du PS ne croit "absolument pas" à un dégât d'image pour François Hollande qui sera jugé sur sa capacité à tenir "un cap", à "aider le pays à aller de l'avant".

> "Le président des bisous, c'est fini"

Dans son édition du jour, le journal L'Opinion, explique que "le Président des bisous, c'est fini..." et explique que "la communication élyséenne a joué sur tous les ressorts, y compris sur l'impopularité de Valérie Trierweiler" et son "image exécrable". L'officialisation de sa rupture avec la journaliste aurait ainsi permis au président de "révéler ses nerfs d'acier" et d'éloigner le spectre d'un président "mou".

On laisse les nostalgiques du "président des bisous" avec cette séquence...

Hélène Favier