Francis Lalanne lors d'une conférence de presse des gilets jaunes le 17 décembre à Paris. - AFP
 

Les sondages accordent de très faibles intentions de vote, pour le 26 mai, aux listes se réclamant de cette mobilisation qui rythme pourtant la politique française depuis six mois, au point d'infléchir la trajectoire du gouvernement.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire