BFMTV

Pourquoi les Verts vont voter le budget 2013

Barbara Pompili et François de Rugy, co-présidents du groupe EELV à l'Assemblée nationale.

Barbara Pompili et François de Rugy, co-présidents du groupe EELV à l'Assemblée nationale. - -

Le gouvernement doit présenter vendredi un projet de loi de finances qui table sur 30 milliards d'économies, avec des objectifs en terme de déficits publics assez proche du traité budgétaire européen rejeté par les écologistes.

Pour Cécile Duflot il s'agit d'une certitude. Aussi incohérent soit-il, les députés écologistes vont voter le budget 2013, alors qu'il fixe à 3% du PIB les objectifs de déficits publics. Et voter la loi organique qui intègrera la "règle d'or" d'équilibre budgétaire au droit français, prescriptions pourtant inscrites dans le traité budgétaire européen dont EELV a rejeté la ratification en conseil fédéral.

"Je souhaite que les parlementaires écologistes votent en faveur de la loi organique parce que c'est un choix d'un chemin de réduction de la dette, dans une situation intenable", justifie la ministre du Logement.

"Où est la cohérence ?" S'interroge Daniel Cohn-Bendit. "S’ils [les écologistes, NDLR] sont contre le traité, il faut voter contre le budget. De toute évidence, la cohérence et le courage politique, ce n’est pas leur problème", s'est énervé l'eurodéputé avant de claquer, temporairement, la porte du parti.

Règle d'or

"Ce n'est absolument pas un grand écart", estime au contraire la co-présidente du groupe Europe Écologie-Les Verts (EELV) à l'Assemblée nationale Barbara Pompili, assurant que les Verts étaient "ouverts", au sujet de la "règle d'or".

"On est ouverts, on peut avancer ensemble [avec les socialistes, NDLR] sur cette loi organique et avec les amendements et le débat aboutir à quelque chose de constructif", a-t-elle dit, expliquant que le fait qu'à l'inverse du traité budgétaire européen, la loi, qui crée une structure de contrôle des objectifs fixés en termes de déficit, était "faite par le gouvernement, discutée au Parlement avec des amendements qui peuvent être faits", justifiait à lui seul le fait que les écologistes participent au processus, et le valident par un vote positif.

Loi organique

Un point de vue que ne partage pas Eva Joly. L'ancienne candidate EELV à la présidentielle assure que son parti entend voter le budget 2013, mais elle, se prononce contre le vote de la loi organique, au contraire des ministres du gouvernement et du sénateur Jean-Vincent Placé. "Il ne faut pas voter la loi organique, il ne faut pas en faire une règle d'or, parce qu'un budget ça se modifie", a souligné Eva Joly, justifiant son propos : "on peut en cas de crise faire des collectifs budgétaires et corriger le tir. C'est l'avantage d'avoir une loi de finances simple".

Le projet de loi de finances, présenté vendredi en Conseil des ministres a pour objectif de réduire à tout prix le déficit public dans les clous européens, à 3% du PIB contre 4,5% cette année, malgré une croissance inexistante et traduire en actes le projet économique de François Hollande. Parallèlement, Bercy tracera le chemin jusqu'au retour à l'équilibre des finances publiques, prévu pour 2017.