BFMTV

Eric Besson exclut un moratoire sur les nouveaux réacteurs EPR

Le chantier du réacteur EPR de Flamanville, dans la Manche. La France ne remettra pas en cause la construction de ces réacteurs nucléaires de nouvelle génération malgré la décision allemande de sortir du nucléaire d'ici 2022, a assuré mardi le ministre de

Le chantier du réacteur EPR de Flamanville, dans la Manche. La France ne remettra pas en cause la construction de ces réacteurs nucléaires de nouvelle génération malgré la décision allemande de sortir du nucléaire d'ici 2022, a assuré mardi le ministre de - -

La France ne remettra pas en cause la construction de nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR malgré la décision allemande d'abandonner cette source d'énergie d'ici une décennie, dit le ministre de l'Industrie Eric Besson.

La décision de Berlin relance le débat sur le nucléaire en France, à un an de la présidentielle où l'alliance éventuelle entre les écologistes et les socialistes pourrait être une des clefs du scrutin.

"L'EPR est le réacteur nucléaire le plus sûr au monde. Il a donc de l'avenir. En France, le chantier de Flamanville et le projet de Penly se poursuivent normalement", dit le ministre dans un entretien publié mardi par Libération.

"Ils incorporeront les prescriptions de sûreté issus des audits post-Fukushima, dès qu'elles seront connues. Il n'y aura aucun moratoire", ajoute-t-il.

Thierry Lévêque, édité par Jean-Stéphane Brosse

REUTERS