BFMTV

Emmanuel Macron sur l'ISF: "Je ne crois pas à la jalousie" envers les riches

Emmanuel Macron sur TF1/LCI le 15 octobre 2017

Emmanuel Macron sur TF1/LCI le 15 octobre 2017 - BFMTV

Lors de son interview télévisée sur TF1 ce dimanche soir, Emmanuel Macron a affirmé "ne pas croire à la jalousie" envers les riches.

Interrogé sur la suppression de l'Impôt de solidarité sur la fortune (ISF), Emmanuel Macron a souligné ne pas "croire à la jalousie française qui consiste à dire 'il y a des riches, taxons-les, nous nous porterons mieux'". 

Au passage, il en a profité pour s'en prendre à son prédécesseur sur cette question. Sous le quinquennat de François Hollande, la taxe à 75% sur les revenus de plus d'un million d'euros a été, selon Emmanuel Macron, inefficace parce que "les gens sont partis" ou on fait des "montage financiers" pour y échapper. 

L'ISF est même une "grande hypocrisie française" pour le président. "Le Canard enchaîné a montré que les grandes fortunes françaises ne payaient pas l'ISF", a-t-il souligné. 

Emmanuel Macron ne croit pas au "ruissellement"

"Pour que notre société aille mieux, il faut que les gens réussissent, il ne faut pas être jaloux d'eux", a insisté Emmanuel Macron, qui explique par ailleurs ne pas croire au "ruissellement", doctrine selon laquelle la fortune des plus aisés profite aux plus pauvres. A contrario, le chef de l'Etat croit à la "cordée". "Il y a des hommes et des femmes qui réussissent parce qu'ils ont des talents, je veux qu'on les célèbre (...) si l'on commence à jeter des cailloux sur les premiers de cordée c'est toute le cordée qui dégringole", a-t-il détaillé. 

Interrogé sur la taxation de certains biens de luxe, comme les bateaux de plaisance de plus de 30 mètres, proposé en commission par des députés, Emmanuel Macron n'a pas précisé s'il soutenait cet amendement.

M.P