BFMTV

Photo de Macron à Saint-Martin: l'un des deux jeunes assure que "ce geste n'était pas contre le président"

Emmanuel Macron, "c'est comme un grand frère pour nous" a assuré le cousin du jeune homme qui avait posé avec le chef de l'Etat en faisant un doigt d'honneur dimanche.

Le doigt d'honneur de son cousin a remué les réseaux sociaux et a agité l'extrême-droite française, ce week-end. Ce lundi, Réaulf Flemming (le jeune homme au bandana noir) est revenu sur le geste polémique de son cousin de 19 ans dans le Parisien.

En visite à Saint-Martin un an après l'ouragan Irma, Emmanuel Macron avait pris la pose auprès des deux jeunes. Sur l'une d'entre elles, le président est entouré de deux jeunes hommes torses nus, et l'un d'entre eux fait un doigt d'honneur.

"On l’aime beaucoup, c’est un homme bon"

Réaulf, 22 ans et ancien braqueur à qui Emmanuel Macron venait de faire la morale, défend son cousin, "le doigt d’honneur, je sais que ce n’est pas bon".

"Mais ce n’était pas du tout contre le président" assure le jeune homme au journal. "Sur le moment, il a juste fait ça pour le style. Il a fait ça envers les gars qui ne veulent pas qu’on avance dans la vie… Pour les gars qui n’aiment pas nous voir avec le président" explique-t-il.
"Je pense qu’il regrette que tout le monde parle de ça et que ça cause des problèmes au président. Le président est comme un grand frère pour nous. On l’aime beaucoup, c’est un homme bon" a poursuivi Réaulf Flemming

"Ce président-là m’a donné une grande motivation"

Condamné en 2014 pour braquage, il raconte avoir été marqué par sa rencontre avec le président à Saint-Martin et dit avoir entendu les conseils d'Emmanuel Macron. Dimanche, le président lui avait demandé devant sa mère d’arrêter "les bêtises" et de s’atteler à la reconstruction de l’île qui avait été ravagée par l’ouragan Irma en septembre 2017.

"C’était une surprise quand il est arrivé, on ne s’y attendait pas" se souvient-il auprès du Parisien. "C’est comme si Dieu l’avait envoyé ! Dieu voit que beaucoup de choses ne se passent pas bien ici… On était tellement content qu’il vienne voir ce qui se passe vraiment ici. Après cette rencontre, je me suis senti bien. C’est la première fois que je le vois et que j’ai pu lui parler. Il a dit qu’il allait m’aider à trouver du travail et aider ma mère malade."
Il poursuit: "Ce président-là m’a donné une grande motivation. Il m’a même donné envie de sortir de cette île. J’aimerais travailler dans la plomberie. Si je peux suivre une formation, je le ferai
Jeanne Bulant