BFMTV

Macron souhaite que Notre-Dame de Paris soit reconstruite "d'ici 5 ans"

Le président Macron a dit vouloir que la cathédrale Notre-Dame de Paris, partiellement ravagée par un incendie lundi, soit reconstruite "d'ici cinq années".

Emmanuel Macron a souhaité mardi soir, dans une adresse à la Nation, que la cathédrale Notre-Dame soit rebâtie "plus belle encore" d'"ici cinq années", après avoir été ravagée par un incendie lundi soir.

"Nous rebâtirons la cathédrale plus belle encore et je veux que ce soit achevé d'ici cinq années", a dit le chef de l'Etat au cours d'une allocution télévisée de moins de six minutes.

Emmanuel Macron s'est exprimé en direct de l'Élysée, assis depuis son bureau sur lequel étaient disposés trois volumes de la Pléiade. Parmi eux les Mémoires de Charles-de-Gaulle, les Oeuvres romanesques complètes de Stendhal et Romans et récits d'André Gide. Lors de son allocution, le chef de l'État a également salué les sapeurs-pompiers, les policiers, les soignants, "héroïques" qui sont intervenus lundi soir.

Il a ensuite insisté sur l'unité du pays après ce drame : "Nous avons vu cette capacité de nous mobiliser et de nous unir pour vaincre", avant d'enjoindre les Français à "devenir meilleurs que nous le sommes" et "retrouver le fil de notre projet national, un projet humain, passionnément français". 

Le peuple français a "maintenant à faire"

"Ce soir je voulais, de manière directe, m'adresser à vous. (...) Je reviendrai vers vous, comme je m'y étais engagé, dans les jours prochains", a déclaré le président, estimant que le moment n'était "pas encore venu" d'annoncer ses mesures pour clore le grand débat national.

Le président Macron a achevé son allocution, affirmant que le peuple français avait "maintenant à faire". "Demain la politique et ses tumultes reprendront leur droit mais le moment n'est pas encore venu (...) Nous sommes ce peuple de bâtisseur, nous avons tant à reconstruire", a-t-il lancé, avant de conclure: "Nous agirons et nous réussirons".

Cette prise de parole en direct de l'Élysée a été annoncée tardivement par l'exécutif, c'est-à-dire ce mardi en fin de journée. Le chef de l'État devait initialement parler lundi à 20 heures pour annoncer des mesures censées clore la période du grand débat national et mettre un terme à la crise des gilets jaunes. Mais le calendrier politique a été bouleversé par ce dramatique incendie au coeur de Paris.

Jeanne Bulant