BFMTV

Les symboles du nouveau président

Fort de sa victoire au second tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron a cherché d'emblée à enfiler le costume présidentiel.

Fort de sa victoire au second tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron a cherché d'emblée à enfiler le costume présidentiel. - Christophe Ena / POOL / AFP

Tout juste élu, Emmanuel Macron est arrivé, dimanche soir, dans la cour du Louvre. Seul, sur l'hymne européen, le nouveau président a choisi une cérémonie riche en symboles.

C'est un homme seul, en marche, qui a fait son apparition au Louvre, dimanche soir vers 22h30. Le visage grave, le pas lent, Emmanuel Macron a rejoint la scène dressée devant la pyramide du musée. Une mise en scène chargée de symboles qui n'est pas passée inaperçue. 

L'hymne européen

Sur l'Ode à la joie de Beethoven, Emmanuel Macron, 39 ans, a traversé la cour du Louvre. Entre 20.000 et 40.000 personnes avaient fait le déplacement pour l'accueillir, selon les chiffres de la police et du parti En Marche!. Mais celui qui va devenir le huitième président de la Ve République, a choisi de rejoindre la tribune seul, sous les applaudissements nourris.

Une marche lente, solennelle, qui n'est pas sans rappeler celle de François Mitterrand au Panthéon en 1981. L'ancien président socialiste avait lui aussi choisi l'hymne européen pour faire son entrée. Le ton est donné. Emmanuel Macron souhaite ainsi mettre l'Europe au coeur de son quinquennat, tout en marchant dans les pas de l'ancien dirigeant socialiste.

Un lieu symbole de pouvoir, de culture et de modernité

Pour asseoir sa stature d'homme d'Etat à seulement 39 ans, Emmanuel Macron a aussi fait le choix d'une scénographie monarchique. 

Demeure des rois de France, théâtre du pouvoir, le palais du Louvre incarne l'Histoire mais aussi la modernité. Construit à la fin du XIIe siècle, son édifice a évolué au fil des années. Et en 1989, François Mitterrand inaugure la pyramide du Louvre. Un symbole de modernité qui se dresse face à l'Histoire de France.

Dimanche soir, c'est au pied de cette pyramide que l'équipe du nouveau président avait construit la scène. Un autre clin d'oeil au premier président socialiste de la Ve République pour celui qui souhaite incarner les valeurs de la France mais aussi le renouveau politique. 

Le ton grave

Cinq ans plus tôt, François Hollande célébrait sa victoire, sur La Vie en rose, d'Edith Piaf. Le temps était à la fête à La Bastille. Ce dimanche, l'événement était moins festif. 

Face à une abstention record, à 10.5 millions de voix pour l'extrême droite, Emmanuel Macron a voulu s'afficher dans le costume présidentiel pour désormais affronter ces nombreux défis qui l'attendent. A plusieurs reprises, l'ancien ministre socialiste parle d'une "tâche immense". Le candidat a reconnu que sa large victoire n'était pas "un blanc-seing". "Je n'aurai pas d'état de grâce" a-t-il ajouté. 

Le changement c'est maintenant

Le jeune président a conclu son discours par la promesse d'un changement. Une allusion au slogan "Le changement c'est maintenant" de François Hollande en 2012? Il a ainsi demandé à ses partisans de se mobiliser pour les législatives et de former une "majorité de changement".

"Cette majorité de changement c'est ce à quoi le pays aspire et c'est ce qu'il mérite", a affirmé Emmanuel Macron, lançant encore: "cette majorité de changement, c'est cela que j'attends de vous dans six semaines, car j'aurai encore et encore besoin de vous".

Après un discours de onze minutes, le nouveau président a été rejoint sur scène par ses proches. Brigitte Macron, ses enfants et petits enfants mais aussi des militants.

Emmanuel Macron a été élu dimanche avec 66,06% des voix selon des résultats quasi définitifs portant sur 99,99% des inscrits, battant largement Marine Le Pen (33,94%) lors d'un second tour marqué par une forte abstention (25,38%), jamais atteinte depuis le scrutin présidentiel de 1969.

Les blancs et nuls approchent les 9% des inscrits (plus de 4 millions), un record pour une présidentielle. Au total, plus d'un Français sur trois a refusé de choisir dimanche entre les deux candidats.

E. H.