BFMTV

L'Elysée déroule le tapis rouge pour Hassan Rohani

Le président iranien Hassan Rohani achève sa visite en France jeudi par l'Elysée. Honneurs militaires aux Invalides, tapis rouge et Garde républicaine, le protocole était au petit soin pour le dirigeant iranien. Mais les anti-Rohani ont donné de la voix.

La visite du président iranien en France n'a pas été élevée au rang de visite d'Etat, mais cette visite officielle a été particulièrement soignée. Il faut dire que l'enjeu était fort, le président iranien Hassan Rohani a souhaité jeudi le début d'une "relation nouvelle" entre l'Iran et la France.

Sorti de dizaines d'années d'isolement avec l'entrée en vigueur en janvier de l'accord nucléaire et la levée des sanctions internationales, l'Iran et ses 79 millions d'habitants s'ouvrent aux industriels occidentaux, et Paris compte bien y prendre sa part.

Honneurs militaires aux Invalides avec Fabius

Pour cette première visite en France d'un président iranien depuis Mohammad Khatami en 1999, les autorités françaises ont ajouté au décorum habituel. Ainsi, les honneurs militaires, avec les hymnes nationaux, ont été rendus à Hassan Rohani sur la place des Invalides jeudi matin, en présence du chef de la diplomatie française Laurent Fabius. Un repas en revanche n'a pas pu être organisé. Paris n'a pas voulu céder aux demandes de Téhéran de bannir le vin de la table et de cuisiner halal.

L'Elysée a littéralement déroulé le tapis rouge pour le chef de la République islamique qui été accueilli dans la cour de l'Elysée en fanfare, avec la musique de la Garde républicaine.

"Oublions les rancœurs", a déclaré Hassan Rohani, jeudi midi en présence du Premier ministre Manuel Valls au siège du Medef à Paris.

L'un des régimes les plus liberticides de la planète

"Nous avons parlé de tout, parce que c’est toujours la règle de conduite de la France", a assuré le président de la République François Hollande lors d'une conférence de presse avec son homologue iranien jeudi en fin d'après-midi à l'Elysée. "J'ai rappelé l'attachement de la France aux droits de l’homme, aux libertés. Il vaut pour tous les pays, pour toutes les régions du monde".

Selon Amnesty International, la République islamique est le pays qui exécute le plus de mineurs au monde. Reporters Sans Frontières a dénoncé un pays devenu "l'une des cinq plus grandes prisons au monde pour les journalistes".

Les honneurs accordés au président iranien ont donc un goût amer pour les défenseurs des droits de l'Homme. Une manifestation a ainsi eu lieu jeudi après-midi dans les rues de Paris.

"La théocratie iranienne est l'un des régimes les plus liberticides de la planète", ont également rappelé 60 députés et sénateurs de la majorité et de l'opposition dans une lettre à François Hollande. "C'est pourquoi nous demandons au Président de la République de mettre à profit cette visite pour exiger de l'Iran la libération des prisonniers politiques et plus largement des progrès tangibles en matière de respect des droits de l'homme et notamment des minorités religieuses et ethniques."

Jeudi matin, les Femen avaient simulé une pendaison publique pour que "Rohani se sente comme à la maison".